Pourquoi le camarade Soumah a refusé l’Inspecteur du travail ?

On en sait un peu plus sur les réelles motivations qui ont poussé au camarade Soumah de refuser l’invitation qui lui a été faite par l’Inspecteur général du Travail Alia Camara. Selon des sources concordantes, rapportées dans la presse locale, Alia Camara a adressé le courrier en tant que d’individu et non en qualité de secrétaire général du SLECG.

Selon un hebdomadaire guinéen citant le syndicaliste, si l’Inspecteur général du Travail  « avait adressé la lettre au secrétaire général du SLECG, je lui aurais répondu. Et seule une correspondance officielle nous invitant à l’ouverture d’une négociation nous fera venir autour d’une table de négociation, ce ne sont pas des appels téléphoniques ou des médiations. »

Ce refus opposé a intrigué Alia Camara, lequel, devant un parterre de journalistes déclare : « Le 14 février soir je suis rentré en contact avec M. Soumah pour lui dire que je souhaiterais le rencontrer le vendredi à 10H. Il m’a demandé le lieu, je lui ai proposé deux lieux différents, mais il a souhaité me rencontrer à mon bureau. Il m’a dit qu’il avait un autre engagement à 10h, je lui ai donc proposé l’après-midi, entre 14h 30 et 15h, il dit qu’il n’y a pas de problème. Effectivement je lui ai adressé un courrier. Quand il a reçu, il m’a appelé pour le signifier, et m’a cité quelques raisons pour lesquelles il ne peut pas effectuer le déplacement. Je ferai tout pour entrer à nouveau en contact avec M. Soumah, même s’il faut que moi-même je me déplace pour essayer de trouver une réponse au problème posé, je le ferai dans les prochains jours qu’il soit rassuré de la disponibilité de l’inspecteur général du travail. Je l’invite à ne pas fermer les portes. »

Mais ceci est une autre histoire…

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.