Poursuites judiciaires : jusqu’où ira Alphonse Charles Wright ?

Il avait provoqué une vive levée de boucliers, après s’être engagé publiquement, peut-être un peu très tôt d’ailleurs, à s’occuper des impairs perpétrés dans les réseaux sociaux, en lieu et place des graves crimes commis : crimes économiques, viols à la pelle, etc., le revoilà avec une nouvelle proposition, plus large. Mais jusqu’où ira réellement le nouveau Procureur de la Cour d’appel de Conakry Alphonse Charles Wright ?

Cette question mérite bien d’être posée, car,  dans une nouvelle déclaration largement partagée dans les réseaux sociaux, Alphonse Charles Wright élargit l’éventail et prépare la chape de plomb. Désormais, invite a été faite à l’appareil judiciaire pour se pencher sur des infractions telles que : atteinte volontaire et involontaires à la vie ; atteinte à l’autorité de l’Etat, aux abus d’autorité commis contre l’administration, aux atteintes à l’action de la justice ; atteinte aux libertés, incendie volontaire, pillage, faux en écritures publiques, etc. Ces quelques infractions suffisent déjà pour prouver la bonne foi du Procureur Alphonse Charles Wright. Sauf que, là-dans, on retrouverait tout le monde ou presque. Mais qui a dit que la justice sera la boussole !

Et bien, si le Procureur est libre de tous mouvements, il y a fort à parier que des leaders politiques pourraient bien répondre de leurs actes. Après eux, les présumés bandits à col blanc jusque-là tapis dans l’administration publique, au nom du RPG et de la proximité supposée avec Alpha Condé. Ce n’est pas que cela ! SheickAffan et sa bande, illustrés dans des incendies de propriétés privées risquent gros, au même titre que d’anciens ministres ayant abusé de leur autorité pour fermer par exemple les locaux de l’UFDG. Bref, avec cette nouvelle annonce d’Alphonse Charles Wright, chacun pourrait s’y retrouver. Et si la justice est équitable, la démarche serait à l’actif de MamadiDoumbouya. Si, bien entendu, lui-même n’est pas concerné par cette longue liste du procureur.

Attendons de voir.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.