Prélèvement sur les importations : l’Union Africaine sous perfusion en Guinée ?

0,2% sur les importations de marchandises au profit de l’Union Africaine. C’est désormais la taxe que vient de voter le Parlement. Cette loi porte sur le financement de l’Union Africaine.

Pour le ministre du Budget, c’est en application d’une décision des chefs d’Etat qui, le 31 janvier 2015, au cours d’une conférence tenue en Ethiopie. Ils avaient en effet décidé, compte-tenu de la nécessité de rendre indépendante notre institution financière, d’aller vers la recherche d’une solution permettant d’apporter des ressources à ces institutions.

Mohamed Lamine Doumbouya de rappeler : « Vous savez, le budget de l’Union Africaine entre 2016 et 2017 est de 700 millions d’Euros. Et, 73% de ce budget sont pris en charge par les partenaires hors continent. Alors, comme on le dit « la main qui donne, c’est elle qui commande ». Donc, c’est une façon d’internaliser le pouvoir et de donner plus de prérogatives à l’Union Africaine. Et, c’est cette solution qui a été trouvée. » La Guinée devient donc le creuset d’où doivent partir ces dites taxes.

Quelque 1,1 milliard d’euros pour l’ensemble du continent pourrait ainsi être engrangés, une fois que c’est mis en application. Le ministre précise : « La taxe concerne les biens et matériaux qui viennent des pays hors de l’UA. Il se peut qu’un produit quitte à l’extérieur du continent et arrive dans un pays quelconque et que sa mise en consommation là-bas l’autorise à être exporté chez nous. En ce moment aussi, ces produits sont exonérés. Mais, toujours est-il que cette loi protège le pouvoir d’achat sur un certain nombre de produits notamment les produits de grande consommation. Ces produits ne sont donc pas touchés parce que le législateur mais aussi nos chefs d’Etat tiennent à ce que ces produits de grande consommation soient exemptés. »

Et le ministre d’ajouter sur Guinée matin: «Cette initiative est bienvenue et le président de la République, en tant que président de l’Union Africaine, est mieux placé pour donner l’exemple et je pense que c’est cet exemple qu’il a donné en instruisant à ce que cette loi soit adoptée et que sa mise en application soit très rapidement effective. »

Les Guinéens sont quand même peu informés sur cette taxe devant être accordée à l’Union africaine.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.