Premier convoi des pèlerins: l’occasion qu’Alpha Condé attends pour rentrer ?

Chine, Indochine, Indonésie, France, etc. Alpha Condé n’a pourtant pas fini d’allonger son périple pour faire attendre encore et encore son opposition. La nouvelle trouvaille : faire coïncider son retour au premier convoi des pèlerins pour le Hadj 2016. De quoi tenter de dissiper les ardeurs ravageuses de l’opposition républicaine qui entend se faire entendre avec beaucoup plus de fracas.

En attendant, le président guinéen est annoncé à Ndjamena (Tchad) pour assister à l’investiture du président Idris Deby Itno.

Il s’en fout de son pays actuellement au bord de l’implosion sous l’effet de l’amateurisme et le mépris dont il fait preuve depuis qu’il est à la tête de l’Etat. L’opposition avait projeté une marche pour le 4 passé. Celle-ci a été reportée parce que celui à qui le message devrait être adressé est ailleurs entre deux avions. Un report a vite été opéré par les opposants. La date du 10 est maintenue. L’attente de l’opposition risque d’être longue. Mais elle ne désespère point. « S’il rentre le 10, on manifeste le 11 et ainsi de suite… », lâche, Dalein Diallo, dimanche au cours d’un meeting tenu à Dar-Es-Salam (Ratoma).

Selon des sources bien informées, Alpha Condé évite – comme toujours – à ce qu’il soit pris à défaut avec des mouvements de foule dont il ne maîtrise pas les contours, bien qu’étant le principal acteur du désordre voulu et crée. Par conséquent, l’homme ne pourrait rentrer que dans la nuit du 15 au 16 août. Un vrai calcul politicien qui consiste à faire coïncider ce retour tant attendu au premier convoi des pèlerins pour la Mecque et subséquemment, contraindre l’opposition à ajourner sa marche pour ne pas gêner le départ des religieux aux Lieux Saints.

En misant donc sur ce contexte religieux, Alpha Condé rêve de mettre en mal les opposants avec les autres Guinéens pourtant pour la marche mais dont les proches veulent la paix avant de quitter leur patrie. Ce calcul politicien ne tient pas la route car, les opposants ne sont pas prêts à empêcher un quelconque départ pour la Mecque. La marche pourrait certainement être reportée… Le temps de Condé de s’échapper pour d’autres cieux. Peut-être pour la Mecque, pourquoi pas, si c’est pour demander l’asile.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.