Présent au Maroc, LASS Bangoura reconnait avoir subi une pression de son Club pour regagner l’Espagne

 

En raison du virus Ebola qui sévit en Guinée et dans certains pays de la sous région, l’attaquant du Syli national, Lass Bangoura, qui joue dans un club espagnol, a été contraint de regagner Madrid, après un court séjour au Maroc où se trouvent actuellement ses coéquipiers du Syli national de Guinée, qui affrontent ce samedi les Blacks Stars du Ghana dans le cadre de la 3ème journée des éliminatoires de la CAN 2015.

Il livre sa version des faits: « Je suis parti au Maroc. Je suis parti genre aujourd’hui et le lendemain, j’ai reçu un appel qui me dit qu’il y a eu une personne qui est venue en Espagne qui était infecté du virus. J’ai ensuite pris mon vol je suis revenu. Moi j’étais parti voir mes amis pour les encourager. Je suis part jusqu’au portail du Wellness et on m’a appelé parce que mon vol était à 14 heures, quand j’ai regardé l’heure, j’ai appelé mes amis pour leur dire que j’allais venir les saluer. Comme je n’avais pas le temps, je me suis arrêté à distance, ils étaient entrain de s’entraîner. Je suis donc rentré ici (Madrid, NDLR) » a expliqué l’attaquant guinéen au micro de nos confrères de foot224.net.

Si on ignore pour l’instant la raison de sa présence au Maroc, car n’étant pas sélectionné pour le match de ce samedi, le joueur reconnait tout de même avoir subi une pression de son club pour regagner au plus vite la capitale espagnole, « Ils ont dit que si je reviens, il faut que j’aille à l’hôpital. Je suis revenu je leur ai dit que je n’avais pas de problème. Ma non sélection n’a rien à voir avec Ebola » a laissé entendre le joueur du club espagnol le Rayo Vallecano.

Depuis la contamination d’une infirmière qui a soigné des malades, la psychose semble s’installer en Espagne à tels points que d’autres joueurs africains risquent de subir la même pression.

Une attitude que le milieu de terrain malien, Seydou Keita, regrette : « Les cas de Bangoura et Madinda, je trouve ça un peu dommage, souligne-t-il dans l’émission Radio Foot Internationale. Poursuivant, il ajoute : «  Lorsqu’on est jeune comme eux, qu’on a tout l’avenir devant soi, si on te met la pression, ce n’est pas évident. Les clubs n’ont pas à se comporter comme ça » a-t-il conclu.

Abdoul Wahab Barry, Kabanews

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.