Prière en N’ko : Ismaël Nanfo a été interpellé par la Ligue Islamique régionale de Kankan !


Dans une vidéo diffusée depuis  la semaine passée sur internet, on reconnait le célèbre enseignant du N’ko, Karamô Ismaël Nanfo Diaby, dans sa mosquée sise au quartier Bordo dans la commune urbaine de Kankan, entrain de diriger une prière noctambule durant les dix derniers jours du mois saint de ramadan en langue nationale Manika-Kan.

Comme une trainée de poudre la nouvelle a fait  le tour de la cité, voir même du pays. Ce dimanche, les autorités religieuses se sont saisie de l’affaire.

Interpellé, par la ligue islamique régionale pilotée par l’Imam Rajib de la grande mosquée de Kankan, Ismaël Nanfo Diaby a été sommé de mettre un terme à cette pratique jugée aberrante.

«  On implore Dieu dans toutes les langues. On fait des bénédictions dans toutes les langues. Mais la prière au sens propre du terme, ne doit se faire qu’à travers la langue du coran (l’Arabe) » a tenue à rappeler le grand imam de Kankan, Karamô Bangaly Kaba.

Ensuite par la voix de son porte parole Youssouf Konaté, la ligue islamique régionale de Kankan, a sensibilisé le prévenu à suivre les normes établies.

« La prière ne se fait pas en N’ko. Même en dehors d’ici, nous combattrons de telles pratiques partout sur le territoire guinéen. Continuons à faire nos sermons en langue nationale. Ce n’est pas de l’ignorance. Nous ne sommes pas contre notre frère Nanfo Ismaël Diaby. Face aux nombreuses menaces de destruction de son habitation, nous le rassurons que tant qu’il reste derrière nous, il ne risque rien. Ce qui est fait est déjà fait. Mais plus jamais ça ». A-t-il avisé.

En retour, même si le prévenu dans ses propos est resté ferme sur sa conviction d’adorer Dieu dans sa propre langue, il s’est dit aussi respectueux des sages et de leurs recommandations.

« Mon Dieu je t’adorerai dans la langue que tu m’as donné jusqu’à mon dernier souffle.  Mais je ne manquerais jamais de respect aux sages. Je suis les sages de Kankan. Ils m’ont parlé en tant que notables. Ils ne m’ont contraint avec aucun verset du coran ni des hadiths. Donc je suis à leur entière disposition››. A-t-il martelé.

A noter qu’en marge de cette interpellation à la grande mosquée de Kankan, un dispositif sécuritaire a été déployé, pour empêcher des altercations entre les fanatiques des deux camps.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.