PRIX DU CARBURANT : Quand Alpha Condé invente une nouvelle disposition

S’il s’est montré doux et conciliant avec les syndicalistes à la faveur de la conférence presse qu’il a animée ce dimanche, le chef de l’Etat guinéen n’est cependant pas non plus très favorable à la baisse du prix du carburant à la pompe. Promettant de faire respecter les dispositions du protocole d’accord du 19 février 2016, le chef de l’Etat zappe néanmoins la partie de ce protocole qui sous-entend la baisse de ce prix. En lieu et place, il évoque une disposition qui n’y figurait pas.
En guise de bonne foi de son camp, Alpha Condé a rappelé que son gouvernement a déjà mis en pratique la suppression des barrages routiers non conventionnels et essaie de mettre un terme au racket dont les citoyens sont victimes au niveau des barrages conventionnels. Il évoque aussi la création de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNSP) et l’Institut national d’assurance maladie obligatoire (INAMO). Il promet également une réforme du système éducatif de manière à en faire un outil de formation pour des diplômés employables.
Mais sur la question du carburant, la seule chose qu’il a tenue à rappeler c’est que le gouvernement s’engage à maintenir à 8000 FG, le litre jusqu’à la fin de cette année. Pour le reste, se livrant à une petite invention, le président de la République affirme, sans sourciller : « Nous sommes tombé d’accord avec les syndicats que  nous devons respecter les conditions du Fonds monétaire jusqu’à la 8ème revue ».
Nulle part, dans le protocole d’accord du 19 février, il n’est question de la 8ème revue. Seules les 6ème et 7ème revues avaient été mentionnées. Réalisant que cela est peut-être impossible à tenir, le chef de l’Etat essaie alors un subtil et implicite glissement, avec l’espoir que la nuance ne sera pas repérée. Sauf que c’est le cas !
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.