Procès des 3 journalistes poursuivis pour escroquerie : La défense exige la comparution du DG de SOBRAGUI

Nos trois confrères, Ibrahima Sory Bangoura du journal ‘’ la logique ‘’, Don de Dieu Agbossou de ‘’ la nouvelle ’’ et Alsény Maciré Fofana de ‘’ la nouvelle ère ’’, tous poursuivis pour tentative d’escroquerie du Directeur Général de la SOBRAGUI, ont comparu mardi pour la 2ème fois au Tribunal de Première instance de Mafanco.

Après un débat houleux entre les parties, les avocats de la défense ont exigé la comparution du Directeur Général de SOBRAGUI, qui était représenté à ce procès par son Directeur commercial.

Dans son intervention, M. Sagno, Directeur commercial de la SOBRAGUI, est revenu sur les entretiens qu’il a eus avec les trois confrères.

’’  Ils ont été reçus par moi après plusieurs appels téléphoniques du nommé Ibrahima Sory Bangoura du journal la logique. Une fois dans nos locaux, ils m’ont posées au moins quatre questions relatives à nos produits que j’ai aussitôt répondues », a-t-il expliqué.

Très remontés contre cette accusation, les avocats de a défense ont exigé la comparution du DG de SOBRAGUI.

‘’L’initiative de la facture est venue de son Directeur général. C’est pourquoi nous demandons la comparution de ce dernier pour nous permettre au tribunal  la vérité. Personne n’est au déçu de la loi. Par conséquent, il faut que ce Directeur général de la SOBRAGUI vienne nous expliquer  sa part de vérités  ‘’, a insisté Me Maitre Abass Bangoura.

Mais la partie civile quant à elle ne voit pas a nécessité de faire comparaitre le DG de cette Société de brasserie.

’’Je précise que ces journalistes n’ont jamais rencontré le Directeur général de la SOBRAGUI durant toute la procédure. Inutile donc que ce Directeur général ne soit là. Ils n’ont rencontré que le Directeur commercial qui a comparu devant vous aujourd’hui ‘’, a précisé Maitre Fatoumata Binta Diallo de la partie civile.

Au terme des débats, l’audience a été renvoyée au 29 avril prochain. Ce qui voudrait dire que nos confrères vont encore restés en prison.

Mariama Diallo, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.