Procès du 28 septembre : A la barre, Tiégboro nié les charges portées contre lui

Le procès sur le massacre du 28 septembre  s’est poursuivi  ce mardi 04 octobre 2022 au tribunal ad hoc sis dans l’enceinte de la Cour d’appel de Conakry.

Poursuivis pour des faits de meurtres, assassinats, viols, pillages, incendies volontaires, vol à main armée, coups et blessures volontaires, outrage à agent de la force publique, tortures enlèvement et séquestration, non-assistance à personne en dangers, violences sexuelles, attentats à la pudeur, détention illégale de matériels de guerre de première catégorie et complicité de ces infractions, plusieurs accusés étaient présents dans la salle d’audience.

Il s’agit de CeCe Raphaël Haba, Alpha Amadou Baldé, Marcel Guilavogui, Claude Pivi, Ibrahima Camara dit Kalonzo, Aboubacar Diakité dit Toumba, Blaise Goumou, Moussa Dadis Camara, Abdoulaye Chérif Diaby et Paul Mansa Guilavogui

A la barre, le colonel Moussa Tiégboro Camara, ex-patron de la lutte anti-drogue, rejette en bloc les accusations portées contre lui.

Au même moment, l’avocat de Dadis plaide pour une liberté provisoire en faveur de son client.

Selon Me Pépé Antoine Lama, l’ancien Président CNDD, Capitaine Moussa Dadis Camara est en danger à la maison centrale de Conakry où il séjourne avec  son « bourreau » Toumba Diakité, qui avait tenté à sa vie le 03 décembre 2009.

« Nous plaidons pour une liberté provisoire pour notre client, à défaut son placement en résistance surveillée. Nous vous rappelons qu’il est placé en détention au même endroit que la personne qui a attenté à sa vie. Je veux parler de Toumba Diakité. Monsieur le président, le 28 septembre, jour de l’ouverture du procès, Toumba est parti à sa rencontre. La vie de notre client est en danger », a laissé entendre l’avocat du défunt Président du CNDD.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.