Procès sur le massacre du 28 septembre : Le ministre de la Justice rassure !


Près de 10 ans après le massacre du 28 septembre, les victimes attendent toujours que justice leur soit rendue.

Plusieurs fois annoncés par les autorités guinéennes, la date de la tenue du procès n’est toujours pas connue.

Tout comme son prédécesseur, le nouveau ministre de la Justice rassure que le procès va et bel bien avoir lieu dans les meilleurs délais sans préciser d’une date exacte.

Selon Mohamed Lamine Fofana,  « Il n’y a aucun problème de financement. Le gouvernement guinéen doit supporter 77% des dépenses du procès, l’appui extérieur est de 33%. Le gouvernement a débloqué déjà, 20 milliards qui sont disponibles, avec lesquels on va démarrer les travaux d’édification du bâtiment de la Cour d’appel. Le budget à venir va prendre le reste en compte. Il n’y a aucun problème de financement. Nous avons l’assurance des Nations-Unies, des États-Unis, de l’union européenne, de la France, de nous accompagner sur le plan financier », a laissé entendre le ministre de la Justice au cours d’une réunion du Comité de pilotage.

Mais à quoi servira ce montant ?  « La préparation du local, celle du personnel judiciaire, de la sécurité et de la communication du procès. », répond le ministre. Avant de préciser :

«Ce procès est national mais à résonance internationale. Il faut qu’il soit préparé minutieusement pour qu’il n’y ait pas de faille ni de faux pas », a estimé le garde et Sceaux guinéen qui tente de rassurer.

Pour rappel, le 28 septembre 2009, plus de 150 civils ont été tués au cours d’un rassemblement d’opposants à la candidature du Capitaine Moussa Dadis Camara à la présidentielle, au stade de Conakry, plus d’un millier de blessés et des dizaines de femmes violées, selon un bilan onusien.

Près d’une décennie après, la justice peine à faire la lumière sur cette tragédie humanitaire.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.