Procès sur le massacre du 28 septembre : Pour sa toute première comparution Dadis déclare être malade, l’audience reportée.

Procès sur le massacre du 28 septembre : Pour sa toute première comparution Dadis déclare être malade, l’audience reportée.

Longtemps attendu à la barre pour apporter sa part de vérité sur le massacre du 28 septembre, Capitaine Moussa Dadis Camara, déclare être malade. Ainsi, il n’est pas à mesure de répondre aux questions de la Cour ce lundi.

Une annonce qui a obligé le Président du tribunal criminel de Dixinn, délocalisé à la Cour d’appel de Conakry de reporter l’audience pour la semaine prochaine.

Voici la conversation entre l’accusé Moussa Dadis Camara et le Président du tribunal, Ibrahima Sory 2 Tounkara décrypté par nos confrères de Guineematin.com :

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : Monsieur Camara, vous voulez parler debout ou vous souhaitez vous asseoir.

Moussa Dadis Camara, accusé : monsieur le président, avec votre permission…

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : Bon, le micro, s’il vous plaît, les techniciens, prenez vous ? Est ce que ça c’est portable ? Il n’y a pas de micro ?

Moussa Dadis Camara, accusé : Monsieur le Président. Monsieur le Président, avec votre permission, je ne voudrais pas faire certains détails. Je suis un officier d’état major et nous sommes faits pour la guerre et nous sommes faits pour la prison. Donc, mon état de santé…

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : Je voulais savoir d’abord si vous voulez parler assis ou debout ?

Moussa Dadis Camara, accusé : Je veux vous dire, Monsieur le Président, avec tout le respect que j’ai pour votre auguste tribunal, j’en ai déjà informé le directeur de la garde pénitentiaire, le médecin chef de la garde pénitentiaire, depuis un très bon moment, je souffre et j’en ai informé les avocats. Sauf pour votre respect. Si effectivement vous m’obligez, Monsieur le Président, je ne suis pas au dessus de la loi. Si vous m’obligez, l’obligation de la loi. Je pourrais essayer d’être à votre entière disposition, monsieur le Président. Mais, en toute sincérité. Bon, je ne me sens pour le moment absolument pas ; mais, je m’en remets à votre sagesse. Je n’ai pas de choix, monsieur le président.

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : Si je vous comprends. Vous voulez dire que vous êtes souffrant ? C’est ce que vous voulez dire ?

Moussa Dadis Camara, accusé : Oui, parfaitement.

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : Vous n’êtes pas en mesure de vous adresser au tribunal, vous n’êtes pas en mesure de donner votre part de vérité maintenant ?

Moussa Dadis Camara, accusé : Maintenant là, monsieur le président.

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : Là, je vous le dis que le tribunal ne peut pas vous obliger à dire ou à faire ce que vous ne voulez pas faire. Si vous n’êtes pas en mesure, si votre état de santé ne vous permet pas, le tribunal est obligé de vous suivre. Si vous dites que vous ne pouvez pas. Le tribunal vous suivra.

Moussa Dadis Camara, accusé : Merci monsieur le président !

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : Est-ce que vous êtes en mesure de tenir les débats ?

Moussa Dadis Camara, accusé : Je ne suis pas en mesure pour la simple raison, le simple même fait que je suis arrêté…

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : Quand est-ce que vous serez prêt ?

Moussa Dadis Camara, accusé : Monsieur le Président, ce serait de l’incertitude. Je veux simplement vous dire, Monsieur le Président, si depuis plus de treize ans, je me suis battu corps et âme jusqu’à ce que je sois devant votre auguste tribunal, quels que soient les jours à venir, par la grâce de Dieu, je serai là, devant votre auguste tribunal, devant les éminents magistrats, pour vous livrer ma part de vérité. Mais, vous dire un jour, deux jours, je ne suis pas un homme qui aime mentir. Je veux vous dire simplement, Monsieur le Président, dès lors que je veux me rétablir, je suis même plus pressé, Monsieur le Président. En toute sincérité.

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : On peut savoir de quoi vous souffrez, monsieur Camara.

Moussa Dadis Camara, accusé : ehh ! J’ai… Il y a le médecin. Bon, c’est un peu…

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : On n’a pas reçu de dossier médical d’abord vous concernant, c’est pour cela que je vous pose cette question ?

Moussa Dadis Camara, accusé : Oui, sinon que les traitements. Et puis avec le palu que j’ai eu, un affaiblissement total. Et, je me gène… Parce que comme je l’ai dit, un officier…

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : Je suis obligé de vous informer que le ministère public nous a fait parvenir une information vous concernant. Ça fait très longtemps. Et à cet effet, je ne sais pas si c’était un de vos conseils ou si c’était vous ? Il avait été demandé trois semaines. Et, ces trois semaines sont épuisées… Donc, C’est pourquoi je vous demande de quoi vous souffrez ?

Moussa Dadis Camara, accusé : Oui, c’est des problèmes de… Et, je ne voudrais pas, Monsieur le Président, avec tout le respect que j’ai pour vous, pour votre auguste tribunal… Simplement, vous dire que je ne suis pas en forme, en toute sincérité. Et si dans moins d’une semaine je peux être devant votre auguste tribunal, ce serait encore mieux pour moi. Mais, vous dire une date, je ne suis pas Dieu.

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : On sera alors dans l’obligation de renvoyer cette affaire.

Moussa Dadis Camara, accusé : D’accord Monsieur le Président

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : En tenant compte de votre état de santé. Voilà, là, je ne donne la parole à personne, parce que c’est quelque chose qui ne peut pas se discuter…

En tenant compte de votre état de santé. Le tribunal va estimer d’autant plus qu’avant cette période, vous serez plus ou moins apte à pouvoir dire votre part de vérité à ce tribunal…

Voilà. Parce que je l’ai rappelé, on nous avait rapporté que vous aviez en ce moment demandé trois semaines.

Moussa Dadis Camara, accusé : Oui.

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : Et on en avait tenu compte. Ces trois semaines sont déjà passées.

Moussa Dadis Camara, accusé : Effectivement, Monsieur le Président.

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : Personne n’a la parole.

Moussa Dadis Camara, accusé : Je peux déposer le micro, Monsieur le Président ?

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge : Le tribunal renvoie cette affaire au 12 décembre 2012 pour la suite des débats. Vous avez une semaine, monsieur Camara. L’audience est levée.

Tout comme ses co-accusés, l’ex-président du CNDD, Capitaine Moussa Dadis Camara est poursuivi pour « meurtres, assassinats, vols, pillages, incendies volontaires, vol à main armées, coups et blessures volontaires, outrage à agents de la force publique, tortures, enlèvements et séquestrations, non assistance à personnes en dangers, violences sexuelles, attentats à la pudeur, détention de matériel de guerre de première catégorie et complicité » dans ce même dossier du massacre du 27 septembre 2009.

Avec Guineematin.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.