Promotion de la médiocrité : l’option qui agace Salifou Sylla

Un simple troubadour peut devenir ministre de la République avec Alpha Condé. Un homme sorti de nulle part peut occuper de hautes responsabilités dans les sphères de l’administration publique. Le diction ‘’The right man in the right place’’, l’homme qu’il faut à la place qu’il faut n’est pas de mise.

Et pourtant Alpha Condé avait déclaré que pour être cadre et pris comme tel, les CV et des enquêtes de moralité devraient être un sacerdoce dans le choix des hommes et femmes qui doivent gouverner la Guinée avec lui. Ce fut juste une annonce sensationnelle. Près de sept ans au pouvoir, on a vu avec Alpha Condé des hommes sans profil occuper des postes de ministres, de directeurs généraux, etc. parce que tout simplement ils ont malmené les opposants et milité pour le RPG ou tout simplement parce qu’ils sont amis au Président. Cette option agace Salifou Sylla.

Cet ancien ministre l’a fait savoir avec nos confrères de Guinée times. Il se paie d’abord la peau d’Ibrahima Kourouma, ex ministre du Pré-universitaire. « L’enseignement a été complètement anéanti dans ce pays depuis très longtemps. Tout ce qui se passe là, ça ne me surprend pas. Ni le changement de ministre, tout ce qui se passe là c’est du cinéma. Celui qu’on a enlevé, on l’a enlevé parce qu’il y a eu des manifestations. C’est le fait qu’on a tué des gens. Sinon, il est resté six ans ministre, alors qu’il ne foutait rien du tout. C’est un petit pharmacien qu’on a mis à la tête de l’enseignement. Il l’a anéanti

Celui qui l’a mis, il le savait. Il l’a dénoncé lui-même en disant que ce ministre est un voleur, qu’il a construit des grandes écoles. Mais il l’a dénoncé, il ne l’a pas enlevé. »

Ibrahima Kourouma et le RPG apprécieront.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.