Protection des ressources forestières, fauniques, hydrauliques et retard des pluies à Boké: Le DPEE-F interpelle



La préfecture de Boké  a encore connu cette année, un retard considérable par rapport à la pluviométrie.Toute chose qui inquiète les paysans agriculteurs et passionnés de l’agriculture.Interrogé par notre correspondant basé sur place, le directeur préfectoral de l’environnement des eaux et forêts (DPEE-F), Ibrahima Talibé Diallo explique les raisons fondamentales dudit rapport: » Les gens accusent souvent l’exploitation minière mais ce sont les méfaits des changements climatiques. La nature est complètement dénaturée. A Boké, il y a des traces de pluie mais en réalité, il n’y a pas de pluie.  La situation est inquiétante, alarmante, catastrophique. Or, notre vie est liée aux eaux de pluie. Quand c’est comme ça, sachez que les pluies prochaines seront accompagnées de violents orages, vents.Regardez. Il n’y a plus de cultures précoces, tardives. Parce que, le régime pluviométrique est perturbé. Mais, les hommes sont en partie, responsables de la déforestation, la prolifération des tronchonneurs et debroussailleurs de la forêt naturelle. »D’après M. Diallo « La forêt naturelle est en train de disparaitre au profit de la forêt artificielle. Pour la simple raison, les attachent plus de crédit à la culture d’anacarde qu’à la réhabilitation des forêts naturelles. »Dans son exposé, le DPEE-F a invité les uns et les autres à une prise de conscience collective pour dit-il, sauver notre vie liée à celle des arbres. Dans la vie, tout le monde vit de la nature, tout le monde a besoin de la nature pour vivre et, bien vivre. »

Mamadouba Camara, correspondant www.kababachir.com à Boké.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.