Proxénétisme : une pratique en vogue !

Dans les boîtes de nuit, hôtels, bars, restaurants et autres lieux de loisirs mais surtout de dépravation des mœurs, la pratique du proxénétisme est devenue monnaie courante. Si elle est répréhensible par les lois en vigueur, elle est toute aussi pratiquée de la façon la plus douce et habile, mais à ciel ouvert.

Ce genre de trafic, de commerce implique bien ‘’d’ambianceurs’’, de jeunes dépravés et d’adeptes de sensations fortes. Le vocable est bien connu : « Je te la donne » ; « Dis, donc, tu peux me la donner », etc. On ne parle pas là d’une voiture ou d’une maison, mais tenez-vous bien d’une fille qu’on voudrait tout simplement exploiter, moyennant quelques billets de banque. Ces facilitateurs en tire de gros profits. Un business de la chair et de la beauté qui est devenue une pratique bien en vogue en Guinée. La tranche d’âge varie de 16 à 30 ans pour les filles et de 30 à 60 ans pour les hommes. Des jeunes premiers qui teintent leurs cheveux pour d’avantage mieux se rajeunir. Dans des accoutrements subjectifs, en jean casquette ou autres, ces prédateurs sexuels appelés encore ‘’tireurs d’élites’’ s’entourent d’oisifs, etc. pour commettre d’actes abjectes.

Pire, c’est parfois les filles elles-mêmes qui deviennent des facilitatrices. Elles ‘’offrent gracieusement’’ leurs amies, copines, etc. voire leurs propres sœurs à des passants. La morale a foutu le camp. Avec elle, toutes les autres valeurs humaines. Certains évoquentla pauvreté et la cruauté  de la vie quotidienne. D’autres, parlent d’une honteuse vogue qui perdure et qui fait émules. L’un ou l’autre cas c’est une chute des valeurs qui interpelle…

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.