Quand Condé fait un serment : « Je ne vais pas frauder »

Soupçonné de grosses fraudes pendant la présidentielle et les locales, Alpha Condé jure la main sur le palpitant qu’il ne va jamais influencer les urnes par des faux calculs devant le donner comme gagnant. Il fait le serment : « Je ne vais pas frauder ».

Pourra-t-il convaincre l’opposition ? Absolument pas, surtout que les maires nommés sont encore là et ils cherchent à rempiler. Dans Le monde, Alpha rappelle : « Après mon élection, nous avons négocié avec l’opposition et nous nous sommes mis d’accord pour choisir l’opérateur technique. (…) De toute façon, les mairies et les délégations et le pouvoir n’a eu qu’une majorité relative. Vous connaissez un pays en Afrique où le pouvoir en place n’obtient pas au moins 70 à 80 % des députés ? » A lui de répondre.

Par ailleurs, ajoute le président guinéen, « la Constitution prévoit que si l’élection présidentielle n’est pas organisée avant la fin du mandat, il n’y a plus de pouvoir. » Il n’a pas oublier de taper sur les opposants : « Les opposants en Guinée n’ont pour programme que de jeter des pierres et de casser. Ils ont été très clairs en disant qu’ils allaient manifester jusqu’au renversement du pouvoir. Leur objectif est de créer le chaos, d’avoir beaucoup de morts pour arriver à une crise grave et au final un coup d’état militaire. Moi, je me suis battu pendant quarante ans pour la démocratie, je vais tout faire pour qu’elle continue, je ne vais pas frauder, mais la liberté de manifester doit aller avec la protection de la vie et des biens des citoyens. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.