Quand Gassama recardait l’imam de Tafory : ‘’Il n’y a pas de guinéen étranger à Kindia’’

Au lendemain du scrutin communal du 04 février dernier, le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté avait pourtant lancé l’alerte sur les risques liés à la problématique du tribalisme et la communautarisation de la politique en Guinée.

De passage à Kindia pour apaiser les tensions pendant la crise post-électorale qui a fait des victimes à Kindia, mais aussi à Dinguiraye et à Conakry, Khalifa Gassama Diaby avait invité les notabilités à plus de responsabilité dans la préservation de la paix et la quiétude sociale en Guinée.

S’adressant à l’imam de Tafory, qui avait tenu des propos de nature à saper l’unité nationale et le tissu social, qui reste déjà fragile, le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, n’a pas mâché ses mots. Extraits :

« Ceux qui disent qu’à Kindia il y a une communauté qui est venue s’installer et qu’elle n’a pas le droit de prétendre à un poste de responsabilité, ces propos sont absolument immondes, inacceptables et horribles. Il faut que ça soit très clair, tant que Kindia sera dans la Guinée, Kindia appartient à tous les fils de Guinée. Il n’y a pas de Guinéen étranger à Kindia, il n’y en a pas à Boké, à Conakry, à Pita, à Labé. Il n’y en a non plus à Kankan, à N’Zérékoré. Chaque Guinéen, où qu’il s’installe en Guinée, est chez lui. Il n’y a pas de guinéen étranger. Ceux qui soutiennent cela sont ceux-là qui tentent de détruire ce pays. Il faut qu’on leur dise qu’on ne les laissera pas faire. Ces propos sont absolument horribles et inacceptables. Il faut que cela cesse. J’invite l’ensemble des notabilités du pays de mettre fin à ce genre de propos. Tenir un tel propos, c’est de mettre l’huile sur le feu. Et ces propos ne sont pas dignes de la place qui doit être celle des notables, sages et responsables publics et politiques de ce pays. La Guinée appartient à tous les fils et à toutes les filles de ce pays, sans aucune distinction. Si on faillit à cette règle, on trahit la nation guinéenne et on détruit la Guinée, parce que personne n’acceptera l’injustice », a martelé Gassama Diaby en février 2018.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.