« Quand les marchés financiers s’adaptent à la “méthode Trump” »

Après avoir craint le pire, la Bourse a fini par s’habituer aux déclarations tonitruantes du président américain, explique dans une chronique au « Monde » l’économiste Jean-Paul Betbeze.

La Bourse se met-elle à comprendre Donald Trump ? On le dirait ! La voilà en effet qui remonte, après avoir craint le pire : une guerre des droits de douane entre Etats-Unis et Chine, une guerre qui pourrait mener à la récession mondiale. Le drame ! Aujourd’hui, il semblerait qu’une discussion pourrait se mettre en place entre les deux protagonistes (que de conditionnels !).

Donald Trump avait pourtant commencé très fort, avec 50 milliards de dollars de menaces, 25 % de hausse des droits de douane sur deux produits – l’acier et l’aluminium –, plus des demandes d’ouverture des marchés chinois. La Chine a répondu par une liste de 1 300 produits qu’elle taxerait, elle aussi, de 25 % : une pluie de flèches contre deux fusées ! Mais elle a surtout entendu le message de Trump : il ne s’agit pas de guerre commerciale… puisque les Etats-Unis l’ont perdue, selon Trump lui-même !

Arrêter le dérapage

De fait, des mesures par Donald Trump sont prises non pour faire la guerre mais pour arrêter le dérapage, en attendant la remontée. Il s’agit de renforcer la surveillance des droits de propriété, de réduire le nombre de thésards étrangers (chinois), de pousser fiscalement les entreprises américaines et étrangères à produire plus aux Etats-Unis, sans compter des règles et des contrôles assouplis, notamment en matière d’environnement et de construction.

La Chine comprend cette logique de rééquilibrage des échanges : sa philosophie profonde n’aime pas les déséquilibres, surtout de cette taille, et moins encore son sens politique. Mais sa riposte est surtout tactique, car tout le monde sait que la discussion va aborder d’autres thèmes : la protection des droits de propriété et surtout les conditions d’implantation des entreprises étrangères. C’est le vrai souci de Donald Trump : permettre aux entreprises américaines de s’installer en Chine, dans le commerce ou la finance notamment, sans lien avec des entreprises locales.

Donc les marchés financiers ont bien aimé les messages du nouveau conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow. Bien connu des médias, il chroniquait à Fox News [chaîne de télévision américaine conservatrice], il a indiqué que les négociations commerciales entre Etats-Unis et Chine pourraient se conclure bien, la plupart des experts disant que personne ne gagnerait à une montée aux extrêmes, dans une guerre classique. En même temps, les nouvelles « sur le front » de l’Alena, l’accord [de libre-échange] avec les Etats-Unis, le Mexique et le Canada s’annoncent meilleures, de la bouche du premier ministre canadien Trudeau. Et l’on mesure l’étonnante évolution de la Corée du Nord.

La méthode Trump

Au fond, les marchés financiers se disent qu’il y a « une méthode Trump », un double excès de menaces et de protestations d’amitiés, comme on le voit avec la Corée du Nord qu’on veut détruire et dont on veut rencontrer le chef, ou avec la Russie et la Chine, sur un mode mineur bien sûr dans ces deux cas. Et d’ailleurs, Donald Trump agit de même manière avec ses « alliés » européens, de l’Otan, ou avec ses voisins mexicains. Pas d’aides et de protections sans compensations en espèces sonnantes et trébuchantes !

En fait, la base politique de sa démarche est la même : consolider son électorat « dur », mais sa logique est pro-business américain : baisse des charges diverses et des règles, diminution des frais de l’empire américain (Otan ou ONU, mais pas pour l’armée), soutien aux marges des entreprises, et pas d’inquiétude si le dollar baisse – ce devrait être temporaire.

La logique suivie est double : renforcer la base productive américaine et ses capacités d’exportation. Renforcer la base productive, c’est soutenir l’emploi et pousser à ce que plus d’Américains retrouvent le marché du travail (c’est le grand problème posé par l’addiction aux opioïdes, qui est un drame national et que Donald Trump mentionne fréquemment). Aiderà l’export, c’est ouvrir les marchés émergents, notamment chinois, pour permettre des implantations plus pérennes et réduire les déficits extérieurs américains.

Bien sûr, cette politique « America first » peut être jugée à courte vue ou égoïste (son nom l’indique !), mais elle devient de plus en plus lisible par les marchés financiers, qui s’y font. Ils en verront plus tard les limites, politiques au Moyen-Orient ou en Europe, ou même économiques, si l’inflation monte vite aux Etats-Unis. Mais, aujourd’hui, les marchés financiers apprécient d’avoir eu trop peur hier.

http://www.lemonde.fr/economie

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.