Que peut-on s’attendre des journalistes de ZéNabaya ?

Une citation à comparaitre contre trois journalistes guinéens : Youssouf Boundou Sylla, coordinateur général du Site Guineenews.org, Ibrahima Sory Traoré, administrateur du site Guinée7.com et Moussa Moise Sylla, directeur du Site Inquisiteur.com. ZénabNabayaDramé, portée en triomphe par le gouvernement avec  à sa tête Kassory Fofana entend, par cette plainte, laver son honneur.

Ce mardi 15 décembre, ces confrères seront donc au tribunal correctionnel de Kaloum. Une grosse machination en cours. En effet, il aura fallu que le gouvernement démente le présumé détournement des 200 milliards GNF. Il aura aussi fallu que ce même gouvernement interpelle la HAC de Boubacar Yacine Diallo, tout en menaçant les journalistes pour que le Procureur  Alpha Sény Camara se fasse voix. Et de la façon la plus malhabile prouvant d’avance que le procès sera inéquitable.

En cause : « Le parquet rappelle que telles poursuites seraient initiées soit pour détournement de deniers publics, soit pour dénonciation calomnieuse et diffamation », se lâchait-il, sur les ondes des radios. Avant d’ajouter : «Face à cette dénonciation et à sa mission régalienne de lutter contre impunité dans la gestion des deniers publics, le parquet a décidé de procéder ou faire procéder à des enquêtes et investigations plus approfondies aux termes desquelles des poursuites pourraient éventuellement être engagées conformément aux dispositions pertinentes de l’article 47 du code de procédure pénale. »

Sauf que le gouvernement déclare qu’il n y a pas eu de banditisme économique. Or, la justice est inféodée au régime. Comme quoi, on s’attend à une justice à deux vitesses. Les présumés délinquants et leurs complices seront applaudis et les journalistes ayant dénoncé les tares seront écroués et contraints de polir l’image d’une racaille endurcie.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.