QUESTION DES BOURSES : Un vrai débat, un mauvais abord

A la faveur d’une tournée qu’il effectuait au sein des institutions relevant de son département, le ministre de l’enseignement supérieur, de passage à l’Institut supérieur des arts de Guinée (ISAG) de Dubréka, a subrepticement soulevé un coin du voile d’un débat d’une importance symbolique pour les universités guinéennes. Devant les étudiants qui s’étaient préalablement plaints que l’on accuse dans l’acheminement de leurs pécules, Abdoulaye Yéro Baldé a déclaré, en substance : « On a près de 100  milliards de FG qui vont dans les bourses d’entretien. Or, 100 milliards peuvent construire beaucoup d’infrastructures, équiper, améliorer les conditions de vie des enseignants et permettre à vous étudiants d’avoir une bonne formation ».
Très certainement, il y a dans ce qu’il a dit une part de vérité. S’il était courageux et capable de prendre des décisions hardies, l’Etat aurait pu supprimer ou tout au moins suspendre le versement des bourses d’entretien, le temps de résoudre d’autres problèmes d’importance en termes d’infrastructures. Mais se méfiant des crises comme le fait aujourd’hui Alpha Condé, une telle approche est totalement inenvisageable. Autrement, il n’y a même pas que les bourses d’entretien qui seraient concernées. Car se montrant sélectif, le patron du secteur de l’enseignement supérieur en Guinée n’a même pas dit à combien s’élèvent les fonds que l’Etat verse aux universités pour le compte des boursiers qu’il y envoie.  Or, cette autre dépense qui enrichit bien de fondateurs d’universités est en réalité le prix à payer pour éviter les troubles que les bacheliers ne trouvant de places à l’université pourraient engendrer. En Guinée, la stabilité s’achète à prix d’or.
On l’aura d’ailleurs remarqué, le ministre s’est limité à informer les étudiants. Conscient qu’il n’est pas en mesure d’envisager une solution alternative, il n’est guère allé plus loin. Du coup, pour une question aussi sensible, on s’en tient au constat alarmant.
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.