Qui est le nouveau ministre des Télécoms ?

Diplômé en Microélectronique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et de l’Ecole de Technologie Supérieures (ETS) à Montreal (Canada)Said Oumar Koulibaly reste le nouveau patron des Télécoms en Guinée.

Selon ce que rapporte le site de la Guilab, le nouveau ministre est arrivé en Guinée en 2011 et il occupa les postes de Directeur général adjoint de l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (ARPT) de Mai 2011 à décembre 2015 avant d’assumer le rôle de Directeur général jusqu’en août 2016.Oumar Saïd Koulibalyfut également Directeur général de la Sotelgui.

Il s’est récemment révélé au public, alors qu’il a eu de la peine à se tirer d’affaire depuis l’annonce de l’interruption des appels internationaux et de l’Internet. Acculé de part et d’autre, le patron de la GUILAB se lâchait lorsqu’il lui a été posé la question de la curieuse coïncidence entre double scrutins et panne signalée :

Extrait : « Ceci dénote de l’ignorance des gens qui ne comprennent pas réellement les enjeux et la problématique liés à la gestion du câble sous-marin. Mais je peux les comprendre, c’est pourquoi je me prête à cet exercice d’éclaircissement pour rassurer nos populations. Nous sommes une entreprise parapublique où l’Etat guinéen est actionnaire qu’il y a d’autres actionnaires privés, nous sommes membre d’un consortium, nous nous sommes inscrits dans une logique de certification. Nous sommes certifiés ISO 9001. En aucun cas, sous aucun prétexte nous nous ne pouvons volontairement interrompre le trafic aux guinéens. Non seulement ce n’est pas bon le pays, ce n’est pas bon pour l’image de notre entreprise et ce n’est pas bon pour personne. C’est l’ensemble des opérateurs de téléphonie et fournisseurs d’accès à internet qui sont concernés. »

Il s’en est emmêlé les pinceaux avant de se voir sauvé par le régime, en battant en brèche l’argument selon lequel, il a été prévu l’année dernière qu’il y ait des travaux sur le câble sous-marin sur certains segments au premier trimestre 2020. Les opérations devaient se faire la veille et le jour des scrutins (législatif et référendum). Les opposants d’Alpha Condé, très actifs sur les réseaux sociaux avaient vu en ces opérations, une manœuvre servant à les empêcher de s’exprimer pendant ces jours. 

Devenu ministre des Télécoms, Koulibaly remplace ainsi son bourreau : Mamy Diaby.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.