Qui veut asphyxier les sociétés de gardiennage ?

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a fait une communication relative aux projets de Décret et d’Arrêtés portant réglementation des activités des sociétés de sécurité privée estimées à 206 entreprises officiellement répertoriées qui exercent dans ce secteur avec près de 30 000 employés.

Damantang Camara, au cours d’une rencontre avec Alpha Condé « a révélé que ces employés recrutés pêle-mêle, passent aisément à travers les mailles du contrôle de moralité et/ou d’antécédents judiciaires, tandis qu’ils exercent des missions spécifiques dont la maitrise nécessite une qualification et des aptitudes particulières », rapporte le porte-parole du gouvernement.

Selon lui,  depuis la création des entités privées jusqu’à l’exécution des prestations en passant par le recrutement et la formation des agents, la vigilance de l’État doit s’exercer à travers une réglementation rigoureuse. Pour le ministre de la Sécurité, une société de sécurité privée ne peut en aucun cas être investie de prérogatives de puissance publique.Le Ministre a enfin souligné, l’obligation de formation initiale des employés dans un établissement de formation agréé à cet effet.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.