Rachid Ndiaye a pourtant de quoi s’occuper…

Rachid Ndiaye – ministre de la communication – lui aussi s’invite dans le complot ourdi contre l’opposition. Au cours d’un exercice qui consistait à polir l’image du régime d’Alpha Condé, suite à la tuerie, seulement à Conakry de 94 personnes toutes issues de la même Commune, de la même communauté, Rachid Ndiaye se déploie sur TV5 monde.

Et d’accuser : « Nous assistons à un nouveau phénomène qui est l’utilisation de groupuscules armés, l’utilisation d’armes. Il y a une disproportion totale entre l’objet des manifestations et la réalité des manifestations qui deviennent de plus en plus violentes. » Cette sortie intervient au même moment que la marche blanche des mères, épouses et femmes au foyer en direction du ministère de la Justice avec un seul objectif : « Justice pour nos morts ».

La coordinatrice de la marche, Mme Maïmouna Diallo plante le décor : « Ce n’est pas un parti qui est là, ce n’est pas une ethnie qui est là, ce sont les mamans de toute la Guinée qui sont représentées ici parce que figurez-vous c’est nous qui donnons la vie. Alors on est fatiguées de voir nos enfants tuer dans la rue comme des poulets.  Nous venons humblement vers votre auguste personne monsieur le ministre pour vous demander assez, que ça s’arrête, on est tous des Guinéens, on n’a pas où aller etc. »

Rachid Ndiaye manque d’inspirations. Lui qui se tourne les pouces, en dilapidant des fonds publics au niveau du département de la communication. Il devrait avoir de quoi s’occuper au lieu de sortir des bois pour accuser. Les médias d’Etat sont loin d’être compétitifs, certains meurent à petit feu : RKS de Boulbinet, Quotidien Horoya, AGP, Radio rurale de Guinée, etc. partout, les mêmes causes – l’immobilisme du ministre – produisent les mêmes effets. La grande RTG est l’ombre d’elle-même. Aucune émission digne du nom, parce qu’il n y a pas de productions faute de moyens adéquats. Pourtant, Rachid avait promis monts et merveilles à sa venue, en lieu et place de Makanéra Kaké.

Pauvre Rachid !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.