Réaction du président de la confédération des paysans de Guinée face à l’interdiction par le Sénégal de l’importation de la pomme de terre

Comme vous le savez, le Sénégal a décidé du gel des importations de pomme de terre pour une durée de quatre mois, à compter du 15 février dernier. L’objectif, dit-on est d’encourager la production nationale. En Guinée, l’annonce de cette mesure n’est pas passée inaperçue. Le président de la confédération nationale des paysans, lui ne s’alarme pas. Pour Moussa Para DIALLO les producteurs ne vont pas être affectés outre mesure. « Le gouvernement sénégalais est souverain dans la gestion des affaires courantes de son pays, tout comme d’ailleurs le gouvernement guinéen. Quand le gouvernement sénégalais décide, on ne fera que se conformer à la décision. Nous en ce qui nous concerne, on va prendre des dispositions pour la production locale se consomme correctement dans notre pays. On ne va pas se mettre à pleurer ou à arrêter de produire parce que le gouvernement sénégalais a décidé de bloquer leurs frontières pour soutenir leurs producteurs. Moi je trouve d’ailleurs que c’est une bonne chose. Mais je crois aussi que c’est pour des importations venues d’Europe. Parce qu’en même il faut rappeler aussi qu’il y a une loi qui permet la libre circulation des personnes et de leurs biens dans l’espace CEDEAO » a expliqué Moussa Para sur les ondes d’une radio privée de Conakry.  

A rappeler que la fermeture de la frontière avec le Sénégal avait considérablement affecté les producteurs de l’intérieur. Ils avaient enregistré de grosses pertes. Même si le président de la confédération temporise, il y a fort à craindre que la même chose ne se reproduise.O

umar Rafiou DIALLO,www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.