Refonte de la Ceni : voici pourquoi c’est impossible !

Le gouvernement ne veut pas en entendre parler : la refonte de la Ceni est quasiment impossible aux yeux de la mouvance par la voix d’un certain Saliou Béla Diallo. C’est ce que réitère le porte-parole du gouvernement. Selon Damantang Camara, le gouvernement est ouvert au dialogue, citant au passage la dernière invitation du ministre de la Justice adressée à l’opposition dans le cadre de la reprise des discussions.

Au sujet du refus de dialoguer avec l’opposition républicaine, Damantang jure la main sur le palpitant que « ce n’est pas parce que nous n’acceptons pas de dialoguer avec l’opposition dans un cadre spécial qu’il faut oublier que les espaces institutionnels de dialogue sont, entre autre, l’Assemblée Nationale et, particulièrement pour ce qui concerne les élections, la CENI. »

Il défausse sur l’opposition. Un cliché en somme. « L’opposition s’est battue pour changer ses représentants à la CENI. Elle a obtenu gain de cause. Ses dix commissaires à la CENI, associés aux dix autres commissaires de la mouvance présidentielle, participent à toutes les prises de décisions et à tous les travaux. Je ne vois donc pas comment elle peut prétendre qu’elle n’est pas associée au processus électoral. » Le gouvernement persiste et signe qu’à date, « sur les dix représentants choisis librement par l’opposition, aucun n’a eu à émettre de critiques sur les préparatifs des futures élections. La révision et la correction du fichier électoral se sont déroulées sous la supervision de deux experts internationaux. L’opérateur a été choisi à la suite d’un appel d’offre international ouvert et transparent. Celui qui a été sélectionné est le numéro un mondial. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

  1. […] Refonte de la Ceni : voici pourquoi c’est impossible ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.