Relaxé, Abdoulaye Oumou Sow s’exprime : « le combat doit continuer au nom de la liberté… »


Comme annoncé précédemment, le verdict est tombé dans le procès des leaders du FNDC. Le tribunal de Dixinn a condamné Abourahmane Sano, Coordinateur du FNDC, a un an de prison ferme. Ses co-accusés, Sékou Koundouno, Bill de Sam, Ibrahima Diallo et  Bailo Barry écopent d’une peine de 6 mois d’emprisonnement ferme chacun. Par contre, Mamadou Sano, Mamadou Bobo Bah et Abdoulaye Oumou Sow ont été renvoyés des fins de la poursuite.

A peine relaxé, Abdoulaye Oumou Sow, promet de poursuivre la lutte pour libérer le peuple de Guinée.

« Je commence par remercier le collectif des avocats qui défend à travers la République tous les défenseurs de la Constitution, qui font du bon boulot, notamment à travers le tribunal de première instance de Dixinn. Vous avez tous suivi le procès, vous avez vu comment ils ont déculotté le procureur de la République. Vous avez vu comment ils ont montré que les accusations étaient mensongères. Je sors mais je sors avec un blessement de cœur parce que je laisse les camarades et je pense que le combat doit continuer au  nom de la liberté, au  nom de la démocratie que ces camarades retrouvent la liberté et pour exiger depuis le début de ces manifestations que toutes ces personnes qui sont tombées sur les balles des forces de l’ordre, ces personnes-là doivent répondre devant un juge. Et si ce n’est pas la justice guinéenne, nous entamons dès ma sortie des démarches pour déposer des plaintes au niveau de la justice de la CEDEAO. Nous saluons déjà le travail de nos camarades de dehors, nous allons nous joindre à ces camarades pour continuer le combat, pour libérer la République de ces imposteurs. Le combat doit continuer au prix de ces personnes qui sont mortes, au prix des camarades qui sont en prison. Ces imposteurs ne doivent pas gagner devant les républicains. », estime le jeune bloggeur.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.