Des remous à la Cour Constitutionnelle : Qui veut la tête de Kéléfa Sall ?

Depuis un certain temps la Cour Constitutionnelle guinéenne traverse une crise interne, née de la divergence de vues entre le président et les commissaires de la plus haute juridiction du pays.

Selon plusieurs sources, Kéléfa Sall, qui est perçu par certains comme un fervent défenseur de la démocratie, ne conjugue plus le même verbe que certains de ses collaborateurs.

On se souvient lors de l’investiture du président Alpha Condé pour son second et dernier mandat, il y a un an, le président de cette institution républicaine, avait prodigué des sages conseils au locataire du palais Sékhoutouréya

Ce jour-là, Kéléfa Sall qui a rappelé au président Alpha Condé qu’il prend fonction pour son deuxième et dernier mandat, l’avait demandait humblement: d’« Evitez toujours les dérapages vers les chemins interdits en démocratie et en bonne gouvernance, gardez-vous de succomber à la mélodie des sirènes révisionnistes, car si le peuple de Guinée vous a donné et renouvelé sa confiance, il demeure cependant légitimement vigilant », avait lancé le président de la Cour Constitutionnelle guinéenne.

A l’époque, cette déclaration courageuse de Kéléfa Sall, en guise des conseils au président Alpha Condé,  avait été vivement salué par des nombreux observateurs de la scène politique et des défenseurs de la démocratie.

Un an après, la marge de manœuvre du président de la Cour Constitutionnelle semble être réduite. Des sources bien informées rapportent que les réunions de la Cour Constitutionnelle  se font désormais en l’absence du président alors que, selon la loi organique, il doit présider toutes les réunions et signer les ordonnances.

Au cours d’une récente sortie médiatique, le ministre de la Justice s’est montré  aussi menaçant contre le président de la Cour Constitutionnelle. Me Cheick Sako est allé jusqu’à rappeler que: « Dans un organe constitutionnel, il n’y a pas que le président. Il est important qu’on travaille en collégialité.» Et là, poursuit-il, « je m’adresse à toutes les institutions, y compris la Cour constitutionnelle ».

Comme on le voit, le président de la Cour Constitutionnelle traverse depuis un certain temps,  une zone de turbulence qui affecte négativement le fonctionnement normal de son institution.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

 

 

 

 

  1. bateka dit

    Alpha Conde est a l »oeuvre apres avoir caporaliser toutes les institutions, il cherche la tete du president de la cours supreme qui echape son controle jusqu’ici.
    Vous pouvez etre sure que les ennuis de ce president de la cours supreme dont l’independance agace le Prof Elhadj president ne font que commencer.
    Alpha Conde fera tout pour lui rendre la tache intenable a defaut de le demettre se ses fonctions.
    Alpha est spcialiste de ces genres d’intrigues
    Pauvre Guinee qu’as tu fais pour meriter ce preisident Prof?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.