Répression des manifestants: Un policier mis aux arrêts !


S’achemine-t-on vers la fin de l’impunité dans les rangs des forces de défense et de sécurité? Difficile de l’affirmer pour l’instant.
En tout cas, un policier vient d’être mis aux arrêts pour dit-on, usage d’armes à feu au cours d’une manifestation du FNDC.
« J’étais planifié au PA et comme la foule était très proche de nous et je ne savais pas quoi faire comme il n’y a pas de grenades, c’est ce qui m’a poussé de prendre l’arme et faire un tir de sommation pour faire disperser la foule afin de donner le temps aux renforts de venir », a tenté d’expliquer l’adjudant Bangaly Komara, au micro de la RTG.
De son côté, le Directeur Général de police donne sa version des faits. Le Général Ansoumane Baffoe promet qu’il subira les sanctions .
« On leur a dit dans les consignes, si vous êtes envahis et que vous ne pouvez pas faire quelque chose, quittez. Heureusement, il n’y a pas eu de mort là où il a tiré, donc on le met aux arrêts pour le non-respect des consignes données. Il subira les sanctions qu’il faut par rapport au non-respect des consignes données », a promis le responsable de la police.
Est-ce que c’est la fin de l’impunité ou bien une diversion ?
En attendant de tirer au clair, force est de constater que c’est une grande première en Guinée, parce qu’à ce jour, malgré le nombre de personnes tuées par balles lors des manifestations politiques et sociales, aucun agent de sécurité n’a été ni interpellé, encore jugé par rapport aux tueries.
Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.