Reprise des cours: pas plus de 5 jours pour empêcher le chaos

Il n y a pas encore eu, du moins pour le moment, de grandes annonces susceptibles de dénouer la crise au niveau de l’Education. A partir de ce jeudi, pas plus de cinq jours nous séparent du début de la semaine prochaine. L’autre lundi qui pourrait bien jeter de l’huile sur le feu, si, grand-chose n’aura pas été trouvé pour satisfaire les revendications syndicales. La journée d’hier mercredi, la commission a buté sur les 40% de la valeur monétaire du point d’indice à 1030.

« Les 40% sont non négociables. On veut qu’ils soient payés avec effet rétroactif.Si vous voulez que les cours reprennent, nous vous demandons qu’ils soient payés immédiatement. Jusqu’en 2014, nous n’avons pas revendiqué. On nous a dit qu’il faut attendre qu’on obtienne le PPTE. On nous a promis qu’on allait nous donner un salaire consistant », rumine le rebelle désormais affranchi par Alpha Condé.

Auparavant, Tibou Kamara a introduit avec : « Des difficultés financières et d’autres contraintes liées aux engagements avec les partenaires au développement notamment le FMI, mettent le gouvernement dans une situation pas favorable à la satisfaction du point lié aux 40 % d’augmentation de salaire. » Le Camarade Soumah ne s’y oppose pas. Seulement, « La grève ne sera pas suspendue tant que cela n’est pas fait, on continuera la grève. » On craint donc que le lundi arrive sans qu’on n’arrache aux forceps, un accord.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.