Le respect des engagements ici est un problème récurrent auquel il va falloir trouver une solution » dixit Abdourahmane SANOH de la société civile

Les acteurs de la société civile suivent de près et non sans inquiétude la crise politique dans laquelle la Guinée reste plongée depuis un certain temps, marquée par la menace de manifestation de l’opposition. Le président de la PCUD, plate-forme des citoyens unis pour le développement estime qu’après le report de la marche du 04 au 10 août prochain, cet intervalle de temps devait être mis à profit pour entreprendre de nouvelles négociations:

 « Tout le monde a constaté qu’il y a eu des accords en 2013 et 2015 qui n’ont pas été complètement appliqués. Mais il faut qu’il y ait un espace, un cadre de dialogue ou on peut faire l’évaluation, faire appliquer ce qui reste à appliquer et voir aussi dans quelle mesure on peut s’accorder sur les autres points qui peuvent s’inscrire dans le cadre du contexte du présent, puis trouver des mécanismes d’application »
 « . En tout état de cause, constate le patron de la PCUD le respect des engagements ici est un problème récurrent auquel il va falloir trouver une solution ».
Le dialogue récemment ouvert par le gouvernement n’a pas pour le moment connu la présence de l’opposition républicaine.  

Oumar Rafiou DIALLO, kabanews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.