Révélations persistantes : « Alpha est Burkinabè », dixit le COMUNA

La nationalité d’Alpha Condé est encore mise à rude épreuve, avec la sortie sur les antennes d’une radio locale d’Aboubacar Sidiky Diaby, président du parti COMUNA (collectif militant pour l’unité nationale), proche d’Alpha Condé. Pour lui, Alpha Condé n’est pas Guinéen, mais Burkinabè.

Explications : « On a connu son papa, il était-là et travaillait avec Ismael Touré. Ce sont les Malinkés qui ont fait d’Alpha ce qu’il est aujourd’hui. Là où se trouve leur concession à Mafanco est appelé Mossiyah, parce que ce sont les Mossis qui logeaient là. » Cette sortie tranche avec ce que laisse croire Alpha Condé qui déclare à tout va qu’il connait l’histoire de la Guinée.

Elle donne raison à l’artiste Elie Kamano qui avait par après nié ses propres déclarations : « Alpha Condé n’est pas Guinéen, son vrai nom, c’est Alpha Koné. Il a falsifié son extrait de naissance en 1990. Son père vient de Burkina-Faso. Il est mossi balafré. De plus, la mère d’Alpha Condé ne vient pas de Boké, elle vient du Mali. Si vous constatez, beaucoup de contrats sont aujourd’hui donnés aux Burkinabés et aux Maliens. »

L’un ou l’autre cas, Kababachir.com avait fait d’autres révélations sur celui gouverne actuellement la Guinée. « Neveu de la Basse-côté ? La pilule est trop amère pour être avalée d’un trait. La mère du président est venue du Soudan français en compagnie d’une de ses sœurs en Guinée Conakry. Le père d’Alpha Condé, lui finira comme planton de Louis Lansana Béavogui. Ce père absent et idéalisé est décédé à cause de l’ingratitude d’Alpha. Pour la réunion de cette famille, mais surtout pour trouver des attaches en Guinée, des manœuvres ont été jouées depuis Abidjan dont un certain nombre de militants du RPG. Des noms sont avancés : Djélimandjan Dioubaté (Ex Secrétaire fédéral de Kankan), Koulounbaly Camara, le premier fils de Damantang, père qui se trouve être le papa de l’actuel ministre et porte-parole du gouvernement. De subterfuges en subterfuge, une délégation a été dépêchée à Baro en compagnie entre autres de Maman Denise, la première épouse de Damantang, ancien ministre et président de l’Assemblée nationale. Objectif, trouver un terroir pour Alpha à Baro grâce au vieux Dioran Mory et peaufiner l’appartenance de la maman d’Alpha Condé à Siguiri.

La démarche aura été vaine, même si, jusqu’à aujourd’hui, cette partie de la Guinée constitue un fief du locataire de Sékhoutouréya. En 1991, cette démarche menée par Maman Dénise et Cie a été tout simplement dénoncé par Chérif Aidara qui se trouve être le directeur de la LONAGUI. Puis, ce fut le tour du RPG lui-même de d’apporter un démenti sous la plume de Mamady Dioubaté et Ahmed Tidiane Cissé, le défunt ministre de la Culture. Cet ex-ministre vivait à l’époque chez un certain Sylla des PTT, à Conakry. Ce dit démenti avait été imprimé, chez feu Aly Keita, pour un montant de 45 mille GNF. (installé auparavent à Bonn, en Allemagne) l’homme venait d’ailleurs de rentrer pour travailler au compte de la GTZ.

Dire aujourd’hui qu’il est le neveu des Basse-côtiers Alpha Condé venu de la Haute Volta, abuse de ces faux oncles-là. On veut juste faire comprendre à l’ensemble des Guinéens progressistes, que le clivage ethnique dont se sert Alpha Condé n’est qu’un paravent pour extorquer des suffrages. Ce ‘’Mossi balafré’’ prouve sans cesse ses attaches au Burkina. Avec notamment EBOMAF et bien d’autres témoignages patents dont la garde présidentielle qui, pour l’essentiel n’est constituée que de cousins du président. »

Diaby du COMUNA dit donc tout ce que bien des Guinéens pensent tout bas. Mais, après tout, faudrait-il connaitre ceux qui nous gouvernent et leurs ramifications.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.