RPG-arc-en-ciel : La chasse aux sorcières a-t-elle commencé ?

Plutôt suffisant et incapable d’avouer ses faiblesses, le président Alpha Condé croit avoir éteint le feu qu’il a allumé au sein de son parti, avec ses propos du 28 mai dernier. Il pense qu’il lui a suffi de décréter l’exclusion des cadres frondeurs et d’excuses vite expédiées en direction de la coordination mandingue pour que tout reparte à zéro. De toute évidence, il se trompe. En effet, en insistant, le dimanche dernier, dans sa vindicte contre ceux qui auraient martyrisé le parti, il semble avoir ouvert la chasse aux sorcières. Dans un contexte de rivalité interne, cette brèche qu’il a ouverte pourrait davantage faire mal au parti. Déjà, les démagogues ont commencé…

D’une part, on assiste à une sorte de reformulation des professions de foi. Le débat tournant désormais autour de la légitimité de tel ou de tel autre cadre ou militant, l’heure est au rappel des efforts consentis au nom du RPG. Hadja Nantenin Chérif, Sekou Savané et Tidiane Traoré, entre autres, se sont livrés hier à cet exercice. D’autre part, l’heure est également à la dénonciation des cadres et militants opportunistes, ceux-là qui hier avaient martyrisé le parti, mais qui sont empressés de le rejoindre quand le vent a tourné.

Justement, c’est sous ces traits que Mamadi Diawara, le leader du PTS a été présenté hier par Tidiane Traoré. La campagne de dénigrement étant décidément ouverte par Alpha Condé en personne, l’actuel conseiller du président de la République a copieusement chargé M. Diawara dont il est dit qu’il est guidé par la cupidité. Se rappelant subitement ce que ce dernier aurait fait endurer aux militants du RPG, Tidiane Traoré déclare devant les militants puissamment mobilisés :

« Pendant qu’il était au PUP, il nous a fait subir toutes sortes de souffrance. Il disait à l’époque que ce sont eux qui dirigent le pays et qu’Alpha Condé ne servirait à rien. J’avais dit que je n’oublierais jamais ».

Et pour que son récit soit crédible, il fait dans les détails et la précision :

« Un jour, je me rendais à Siguiri à la veille d’une fête. A l’époque, il fallait traverser le fleuve à l’aide du bac pour être à Siguiri. Mamadi Diawara a fait enlever le bac et j’ai été obligé de passer la nuit aux abords du fleuve. Mamadi Diawara n’est pas de bonne foi à l’égard du RPG et du président Alpha Condé ».

Bien entendu, ces accusations peuvent bien être fondées. Mais du moment où elles ne sont formulées qu’après que la brouille soit intervenue avec celui contre lequel elles sont adressées, elles manquent forcément de crédibilité. Surtout qu’elles paraissent éminemment sélectives en ce sens qu’elles épargnent des gens comme Bouréma Condé dont les méfaits sur le même RPG de notoriété publique.

Anna Diakité, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.