RPG-ARC-EN-CIEL : La dangereuse ascension des faucons

Au sein du parti au pouvoir en Guinée, il n’est pas certain que les frondeurs qui exigent la restructuration aient fait valoir toute la vigilance requise. En tout cas, en lieu et place de cette restructuration destinée à doter le parti d’instances et de responsables susceptibles de l’aider à préparer les échéances de 2015, nous assistons à l’émergence progressive (ou au retour en force) d’un groupe de personnalités qui n’augure rien de bon pour le parti et le pays. Il s’agit des faucons que sont Sanoussy Bantama Sow, Hadja Nantou Chérif et Alpha Ibrahima Keïra, entre autres.
Trois personnalités qui, ces dernières semaines, ont pris en otage la communication du parti et ont failli, par leurs sorties orageuses, précipité le pays dans des violences inutiles. Portés sur les affrontements, ils sont principalement ceux dont les sorties avaient contribué à tendre les rapports entre l’opposition et le pouvoir. Mais le danger lié au retour en force de ce trio, est moins le clash évité de justesse. Ce danger se rapporte surtout au fait que les trois sont d’indécrottables partisans du troisième mandat. Pour Hadja Nantou Chérif et Sanoussy Bantama Sow, cela tient surtout à une fidélité résultant d’une de longs rapports avec le chef de l’Etat actuel. Estimant qu’ils doivent tout au président Alpha Condé et concevant par ailleurs le pouvoir comme une récompense méritée après des années de batailles laborieuses, ils sont prêts à tout pour donner à leur champion le pouvoir à vie.
En ce qui concerne Alpha Ibrahima Keïra, il est le symbole de la démagogie et de la propagande d’une certaine élite politique guinéenne. Jadis fidèle parmi les fidèles de Lansana Conté (et donc farouchement hostile à Alpha Condé), il est aujourd’hui de ceux qui pensent qu’il faut faire valoir le zèle pour mériter de sa place dans la galaxie présidentielle. Et le fait qu’il soit ouvertement le porte-flambeau déclaré de la modification constitutionnelle s’inscrit dans la logique de cet excès qu’il pense nécessaire pour convaincre de sa loyauté.
Les trois réunis prennent donc progressivement en otage les aspirations légitimement exprimées par les frondeurs du RPG. Feignant d’oublier le chantier de la restructuration, ils imposent un agenda bâti autour de la confrontation avec l’opposition. L’espoir pour eux étant que jusqu’aux portes de 2020, la prise en charge de ces revendications sont matériellement impossible. Ainsi, ils pourront aisément mettre les militants devant le fait accompli. Surtout que dans la foulée, se créent des alliances dont on imagine que leurs véritables motivations, c’est bien d’accompagner la campagne en perspective pour un troisième mandat.
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.