RPG et UFDG: « deux groupes de bandits ethnicistes », selon un député

Il est parti de l’UFDG avec rancœur. Il accuse Halimatou Dalein d’être à la tête d’une association de jeunes pour le discréditer. Quoi de plus normal quand on quitte un parti qui l’a fabriqué en tant que député ! Cela aurait pu suffire. Mais aujourd’hui, Aboubacar Soumah revient à la charge pour cette fois-ci, vouer aux gémonies les deux grosses formations politiques : le RPG et l’UFDG.

 

Pour lui, ce « deux groupes ethnos-politiques prêts  pour prendre le pays en otage. » Et d’insister dans une interview accordée à africa Guinée : Le RPG et l’UFDG ce sont « deux groupes de bandits ethnicistes. Parce qu’en fait, ils font tout au nom de l’ethnie et au nom des régions. Mais s’ils sont aux affaires, lorsque leur intérêt est en jeu, ils se protègent. Mais nous nous battrons. Même si c’est dur, mais nous nous battrons. »

 

On ne sait plus qui est réellement la cible de ce député aux abois. L’opposition bien que minoritaire est perçue chez lui comme celle qui « accompagne le Pouvoir à violer les Lois et à l’aider même parfois lors qu’il y a un deal politique entre les deux groupes. » Pour lui, « Ces gens-là ne font pas le travail pour le pays, ils le font plutôt pour leurs intérêts égoïstes et méchants. Ce ne sont pas pour l’ensemble des députés qu’ils ont créé ces avantages, c’est juste pour les membres du bureau. Mais cette fois-ci ça ne passera pas. S’il le faut on va se cogner avec les sièges de l’Assemblée Nationale, mais nous voterons contre ce présent règlement intérieur. Beaucoup de députés de tous les bords  sont contre ce règlement. » Et de rappeler : « Lorsqu’Ousmane Kaba a quitté le RPG arc-en-ciel, on l’a enlevé automatiquement de son poste pour poster quelqu’un d’autre en violation flagrante des dispositions du règlement intérieur. Lorsque Sila Bah a quitté l’UFDG on l’a enlevé sans aucun respect du règlement intérieur. »

 

Enfin, il sert la Cour constitutionnelle : « Regardez l’arrêt de la Cour Constitutionnelle concernant le code électoral amandé. Le point sur lequel tout le monde s’était levé, la Cour a été muette là-dessus. Elle n’a pas même pas touché le point.  C’est dire combien de fois on a des difficultés dans le pays. » Aboubacar Soumah navigue-t-il a vue en quête perpétuelle d’allié sûr? On est tenté de le croire…

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.