Sahara occidental, le prix d’une normalisation entre le Maroc et Israël

La Russie a évoqué une décision qui « sort complètement du cadre du droit international ». Pour Paris « le conflit au Sahara occidental n’a que trop duré ».

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, pour sa part a fait savoir que sa position était « inchangée » sur le Sahara occidental et que « la solution à cette question peut toujours être trouvée sur la base des résolutions du Conseil de sécurité ».

Les indépendantistes sahraouis du Front Polisario ont de leur côté affirmé qu’ils allaient poursuivre les combats au Sahara occidental. Cette reconnaissance par l’administration Trump de l’autorité de Rabat, en échange de la reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël, peut être considéré comme une victoire diplomatique pour le Maroc, selon Isabelle Werenfels, chercheuse à la Stiftung Wissenschaft und Politik, l’Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité.

Cliquez sur la photo ci-dessus pour écouter son analyse.

Auteur: Carole Assignon

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.