Sahel – Sénégal – ONU : Programme pour renforcer la résilience de 123 mille ménages ruraux


Le programme renforcera les partenariats commerciaux entre les agriculteurs et les éleveurs, grâce à des activités de formation et à la consolidation des marchés transfrontaliers d’intrants et produits agricoles.

Tunis (dpa) – Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a alloué 43,4 millions de dollars pour renforcer la résilience des populations rurales touchées par les conflits, les changements climatiques et la pandémie de Covid-19 au Sénégal et aux pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad). Ce financement est composé d’un prêt concessionnel d’un montant de 29,7 millions USD ainsi qu’un don de 13,7 millions USD, a précisé cette institution spécialisée de l’ONU.

Il est dédié à la mise en œuvre du « Programme conjoint Sahel en réponse aux défis Covid-19, conflits et changements climatiques » SD3C) initié par le FIDA, la FAO, et le Programme Alimentaire Mondiale (PAM) en collaboration avec le G5 Sahel et le Fonds vert pour le climat. Le SD3C bénéficiera à 123.000 ménages ruraux résidant dans des zones transfrontalières des six pays, soit près d’un million d’individus.

Les femmes, pour qui en règle générale l’accès à la terre et à des financements est plus difficile, représenteront 50 pour cent des participants au programme, et les jeunes, chez qui le taux de chômage est élevé, environ 40 pour cent. Les paysans sans terre et les éleveurs transhumants ont aussi à gagner des activités du projet.
À l’exception du Sénégal, les pays visés par le SD3C se trouvent en situation de conflit, en particulier dans les zones transfrontalières, ce qui accroît leur fragilité. Les attentats terroristes sont fréquents et touchent souvent des cibles non militaires, comme les populations civiles, notamment dans les zones rurales reculées.

Les déplacements de population ont créé d’immenses vagues de déplacés et de réfugiés, dont la vulnérabilité économique est exacerbée par la pandémie de Covid-19. Le programme renforcera les partenariats commerciaux entre les agriculteurs et les éleveurs, grâce à des activités de formation et à la consolidation des marchés transfrontaliers d’intrants et produits agricoles.

Les marchés et les infrastructures rurales, notamment les routes et la petite irrigation, seront développés. La promotion des systèmes d’information sur le marché et des échanges en monnaie scripturale (paiements électroniques), à l’aide de plateformes informatiques, permettra de sécuriser les transactions aux frontières.

Les ménages de producteurs recevront une formation aux meilleures pratiques agricoles ainsi que des trousses agricoles. Les communautés rurales et les groupes vulnérables bénéficieront d’une formation à la gestion durable du bétail, à la gestion des risques, à l’élaboration de plans d’activité pour les petites et moyennes entreprises, à la prévention et au règlement des conflits, ainsi qu’à la médiation sociale.

Source: dpa-news.de

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.