Santé : L’Afrique doit « tirer les enseignements de la crise »


Le secteur de la santé a le potentiel de créer 16 millions d’emplois en Afrique sous condition que les secteurs public et privé collaborent.

Tunis (dpa) – Les États africains doivent tirer les enseignements de la crise sanitaire provoquée par le coronavirus, en accroissant notamment les investissements dans le secteur de la santé et de la recherche, a plaidé le professeur sénégalais Daouda Ndiaye, chef du service de parasitologie et mycologie de l’hôpital « Aristide Le Dantec » de Dakar, dans un entretien avec l’Agence de presse Sénegalaise (APS). En effet, les services de santé en Afrique pâtissent de l’insuffisance des financements publics, et la part du continent dans les dépenses mondiales de santé est inférieure à un pour cent, selon l’ONU.

« Les enseignements à tirer de cette crise, c’est qu’on doit comprendre qu’aujourd’hui, le monde change. Des maladies nouvelles arrivent. On les appelle les maladies émergentes », a expliqué Daouda Ndiaye. Selon lui, « il faut d’ores-et-déjà se préparer à mettre les moyens dans les systèmes de santé et dans la recherche (médicale, ndlr) ».

Les gouvernements africains doivent s’efforcer de fournir des soins de base et des médicaments abordables, de former davantage de professionnels de la santé dans chaque communauté et de nouer des partenariats inédits avec le secteur privé afin d’étendre la couverture maladie, avait recommandé l’ONU.

Pour Aigboje Aig-Imoukhuede, coprésident de l’Africain Business Coalition for Health (ABCHealth), « seuls les partenariats permettront de relever les défis auxquels le continent africain est confronté en matière de santé ». Créée en 2019, ABCHealth est une coalition d’entreprises et de philanthropes, qui se propose d’améliorer l’accès aux services de santé pour « l’Africain moyen ».

Par ailleurs, le domaine de la santé et du bien-être constitue un vivier pour la création d’emplois en Afrique. Ce domaine aurait le potentiel de créer 16 millions d’emplois si les secteurs public et privé collaboraient, selon Vera Songwe, secrétaire exécutive, de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).

« D’ici 2030, environ 14 pour cent de toutes les opportunités commerciales dans le secteur de la santé et du bien-être dans le monde se situeront en Afrique, à la deuxième place derrière l’Amérique du Nord avec 21 pour cent. C’est une énorme opportunité pour le secteur privé », a-t-elle affirmé lors de sa participation à l’édition 2019 de l’Africa Business : Health Forum.

Source: https://www.dpa-news.de/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.