Scrutin présidentiel : quand le RPG parle de transparence…

Le parti au pouvoir ne cesse ne parler de transparence dans le processus électoral. A force d’insister là-dessus, le RPG finit par faire douter les uns et les autres sur sa sincérité. Ici et là on parle qu’il y aura bel et bien la présidentielle.

Il oublie que l’inquiétude de l’opposition se trouve ailleurs : le travail solitaire de la Ceni, le code électoral, l’implication des administrateurs locaux, nommés par le pouvoir, le recensement de la population qui donne pleine de voix au RPG, notamment en Haute Guinée. Une fois que tout cela réglé, soutient un opposant, Alpha Condé n’aura jamais le score qu’il a eu – 18% – lors de la dernière présidentielle.

Malgré tout, la mouvance soutient : « Nous allons partir aux élections on verra effectivement qui aura la confiance des électeurs », dira Saloum Cissé, faisant allusion aux opposants. Et le secrétaire général du RPG de faire part de sa préoccupation quant à la sincérité du scrutin : « Moi mon souci est que tout se passe dans la transparence la plus absolue. C’est notre créneau. Cela a été notre point de revendication majeure depuis que nous étions sur le banc rugueux de l’opposition. Je tiens à la transparence absolue des élections. Ce que je peux dire aussi, certains leaders qui sont sur l’échiquier politique actuel ne peuvent pas convaincre les Guinéens. Ils ont géré ce pays dans un désordre économique sans égal et ils ont géré ce pays en s’enrichissant d’une manière illicite. Donc quand ceux-ci (NDLR, les opposants) réclament quoi ce soit aujourd’hui au peuple de Guinée, le peuple s’en moque parce que nous connaissons leur passé. Nous connaissons individuellement le passé de tous ces leaders. » ça promet !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.