Secteur de l’immobilier : une nébuleuse qui fâche !

Depuis l’instauration du libéralisme – que certains qualifient de sauvage – avec l’avènement du gouvernement de Lansana Conté, le secteur de l’immobilier échappe à tout contrôle. Les propriétaires des maisons haut-standing et autres édifices privés se font la part belle. Ils paient peu ou pas du tout l’impôt. Parce que l’Etat était peu regardant du secteur. C’est devenu une nébuleuse qui fâche.

Se taper un logement décent, un local pour bureau ou à usage divers est tout simplement un chemin de croix. Le secteur est en plein boum et des agences immobilières poussent de partout. Les démarcheurs en font le reste. On s’achemine vers la fin de la récréation, car, l’Etat se démerde pour identifier toutes les niches fiscales.

Désormais, note le Mohamed Lamine Doumbouya chez nos confrères d’africa Guinée, « Tous les secteurs qui ne sont pas assujettis à l’impôt il faut qu’on les identifie et qu’on voie comment les assujettir. Toutes les activités qui échappent à la fiscalité, que ce soit intentionnellement ou non, il faut les intégrer. Et c’est là où se trouve par exemple l’immobilier. Ce qui fait la particularité de l’immobilier, vous voyez par exemple à Conakry, il y a beaucoup de bâtiments. Et entre Kaloum et Madina, il est difficile de trouver un appartement à moins de 5 millions GNF. Si on loue un appartement à 5 millions, est-ce qu’on n’est pas en mesure de payer au moins 10.000 ou 200.000 voire 500.000 GNF à l’Etat au titre d’une taxe annuelle ? ».

Pour démêler l’écheveau, le gouvernement entend tout d’abord sensibiliser les acteurs, car après tout, nombreux sont ces appartements qui sont accessibles, bénéficient d’adduction d’eau, d’l’électricité (…), ce sont, après tout, des services publics. En trouvant une telle poche de ressources, l’Etat pourra certainement réorganiser le secteur. Pour l’instant, c’est bien une pétaudière.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.