Sécuriser les zones minières aux dépens des Guinéens ?


Alpha Condé veut être audible. Il demande en effet à des départements ministériels à davantage sécuriser les zones minières, sans cesse objet de perturbations dues essentiellement au mépris de certaines sociétés vis-à-vis des populations locales. En lieu et place d’un réel diagnostic, le président de la République préfère instruire…

Extrait : « Le Président de la République a instruit les départements ministériels et les services publics concernés à prendre les meilleures dispositions pour sécuriser dans les plus brefs délais les zones minières et les mettre à l’abri d’actes de vandalisme et de troubles de tous ordres devenus récurrents ces dernières années. La lutte contre cette insécurité volontairement créée et entretenue dans le but d’entraver l’évolution normale des sociétés industrielles et minières doit être considérée comme une action prioritaire de l’Etat guinéen dont une des missions régaliennes est la création d’un environnement paisible et incitateur pour l’investissement national et étranger. »

Au cours d’une de ses visites, à Fria, il s’en est pris au syndicat dont la grève aurait entraîné l’arrêt total de l’usine en avril 2012, avant d’essayer aujourd’hui de repartir, mais cette fois-ci avec des sous-traitants qui se comportent comme des roitelets. Ils jouissent manifestement du soutien du président de la République. A Kamsar et ailleurs, le même Alpha Condé a menacé de faire radier tous perturbateurs. Une posture qui conforte les patrons des sociétés minières. La promotion du Code minier pourrait bien prendre un coup. Hélas, ce ne serait pas le seul dispositif qu’il piétine pour faire plaisir à des étrangers. Le Code des marchés publics en est une parfaite illustration.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.