Sécurité routière: Le gouvernement fait encore le médecin après la mort

La même ritournelle. La même chanson. Les mêmes décisions tardives. Le gouvernement actuel, à l’image de l’ancien, à l’image de celui d’avant sont les mêmes. L’amateurisme est calqué sur les précédents. A chaque fois en effet, c’est le médecin après la mort. Juste le temps d’endormir les sanglots, les désapprobations et autres frustrations populaires.

Kassory Fofana n’a pas, hélas dérogé à la règle : « Ce qui vient de se passer interpelle le gouvernement sur les aspects liés à la sécurité des personnes, notamment la réglementation de la circulation routière qui va être un élément important de l’action gouvernementale dans les prochaines semaines». Sous d’autres cieux, les ministres qui étaient sur le terrain, le jour de l’accident, celui en charge de la Sécurité routière devraient tous être entendus avant d’être poursuivis pour avoir exposé la vie des citoyens en danger : aucune signalisation n’indiquait qu’il y avait des travaux au lieu de l’accident. Ni des barrières signalétiques, ni de cordons lumineux. A l’image des amateurs sortis de nulle part !

Sous le coup du choc,  Kassory Fofana parle encore la réglementation de la circulation :« Nous devons veiller à ce que ceux qui n’ont pas de permis de conduire ne soient pas autorisés à conduire. Nous devons réglementer la vitesse dans la circulation. Toutes ces choses sont de nature à prévenir les accidents dans la circulation. Le Gouvernement prendra toutes ses responsabilités, toutes les mesures avec le ministre de la sécurité pour maintenir les populations dans un minimum de sécurité». Pendant ce temps, les visites techniques d’automobiles peinent à prendre forme, depuis des années. Pendant ce temps, des citoyens se procurent des permis de conduire, sans même connaître la différence entre les pédales d’un engin 4 roues. Et enfin, pendant ce temps, les agents de la routière, arnaquent et refusent tous contrôles, une fois des pauvres billets de banque quémandés et empochés. Pourtant, les états généraux de la sécurité ont fait des résolutions. Celles-ci dorment dans les tiroirs.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.