Sécurité sanitaire et protection des aliments : que veut Marc Yombouno ?

Le ministre du Commerce a soumis au Conseil interministériel en seconde lecture l’examen du projet de Décret portant autorisation de mise à la consommation des produits en République de Guinée. Marc Yombouno déclare que les consommateurs manifestent un grand intérêt aux conditions de production, de transformation et de commercialisation des aliments. A cet effet, justifie-t-il, les consommateurs interpellent le gouvernement à assumer davantage de responsabilités pour assurer la sécurité sanitaire et la protection des aliments.

Après tout, estime le ministre Yombouno, le partage de responsabilité du contrôle alimentaire entre plusieurs départements ministériels entraine des phénomènes de chevauchement des activités réglementaires et de manque de coordination ayant pour conséquence, la prolifération sur le marché national de denrées alimentaires rendus impropres à la consommation due à la mauvaise manipulation, aux mauvaises conditions de stockage et aux falsifications des dates limites de consommation et d’utilisation optimale.

Pour ainsi parer au plus pressé le projet de Décret vise à interdire la vente d’aliments dont la nature et la qualité ne sont pas celles attendues par l’acheteur. Pour rappel, cedit projet se propose de combler un vide en tant que texte d’application de la Loi L/94/003/CTRN du 14 février 1994 relative à la Protection des Consommateurs, au Contrôle des Denrées, Marchandises et Services et à la Répression des Fraudes Commerciales ; et la Loi L/94/40/CTRN du 28 décembre 1994, portant Réglementation de la Concurrence et de la liberté des prix.

 

Aujourd’hui, le contrôle des normes ou de qualité n’existe pratiquement pas. On retrouve tout et n’importe quoi sur le marché guinéen. Des produits avariés aux articles destinés au bétail. C’est pourquoi, on a misé déjà sur la mise en place dans le cadre du foncier d’un guichet unique pour contrôler des aliments mis à la consommation. La démarche suffira-t-il pour sauver les consommateurs ? C’est toute la question.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.