Sékhouna (Tanènè) : la décadence bien méritée !

Sékhouna Soumah n’est ni politiquement (non élu), ni socialement (pas consensuel), ni spirituellement (inculte et illettré), ni économiquement (dépendant), qualifié pour parler au nom de la Basse Cote ou se substituer à l’autorité politique et administrative, pour se muer en donneur de leçons. Soit sur les manifs de rue, soit pour la gestion des terres en Basse-côte. Ainsi fulminait, il y a quelques mois, un compatriote résident au bord du Lac Léman.

Avec la longue traversée de désert du patriarche, on ne ressent ni compassion, ni solidarité. Ses discours communautaires et xénophobes sont encore vivaces dans les esprits. On se souvient: « Kindia est la capitale de la Basse Guinée, c’est un soussou qui doit diriger la mairie », avait lâché ce samedi 17 novembre 2018, le patriarche de Tanénè, devant une population acquise à sa cause.

Pourtant, le même rappelait, dans un tout aussi contexte : « Je suis devenu le Kountigui de la Basse-côte et j’ai prêté serment. La première chose, quand les populations de la Basse côte m’ont choisi, ils m’ont interdit d’aller dans les bureaux des Ministres ou des Directeurs, sinon on dirait que je vais pour quémander. Je suis derrière les gens de la Basse côte, je travaille pour eux. Je ne suis pas dans la politique. Je suis un Kountigui, je connais mon rôle. »

Sauf que les temps changent. Mais ce patriarche contesté avait de la peine à entamer sa longue et difficile mue, afin d’incarner son statut – le vrai – de Kountigui de la Basse-côte.Sékhouna Soumah avec une forte pression interne semble aujourd’hui prendre de la hauteur. Ce patriarche maladroit qui a bien pu gêner Alpha Condé s’assagit. Pour rappel, on ne savait pas que SékhounaSoumah jouait aussi le rôle de Me Cheick Sakho, de Boureima Condé et de certains Chefs de délégations spéciales de Conakry. Et pourtant, au cours d’une de ses sorties ce patriarche inconsidéré a mis à l’étroit son bienfaiteur d’hier Alpha Condé.

Les Guinéens ont découvert à l’époque en Sékhouna Soumah un frustré qui veut venger un affront : son remplacement à pied levé par un autre tout aussi politique, proche d’un parti politique allié au RPG. Avec un discours haineux, plein de mépris aux allures tribalistes le patriarche de Tanéné s’est cuit. Lui qui devrait tenter de rebondir après son limogeage par sa propre famille donc ayant perdu tout statut incarnant le Kountigui s’était mis le doigt dans l’œil. En toute maladresse.

Il avait dégainé en toute maladresse : « Personne ne mettra du feu dans les rues de Conakry. Ça c’est terminé. Que celui qui ne croit pas le fasse, il verra. Si tu veux exprimer ta colère, fais-le, mais sans mettre le feu dans la rue. Si tu veux sortir dans la rue pour insulter les dirigeants guinéens ou les gens de la Basse Guinée, vas le faire dans ta région, pas en Basse Côte. Désormais, quiconque brûle un pneu dans la rue, on le mettra sur son cou. Que cela soit clair.  Les gens veulent dépasser les bornes et nous, on en a assez. »

Alpha Condé a donc bien compris. Il l’a fait supplanter. C’est donc un vieillard frustré, désorienté, lâché qui cherche des attaches auprès de l’UFDG et de la coordination régionale du Fouta. Une grande prudence doit s’imposer de la part d’Ousmane Sans-Loi et compagnie. Sékhouna Soumah n’est pas fiable. Voilà !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.