Sékou Gouressy Condé s’insurge contre la vindicte populaire en Guinée

Ces dernières années, le moindre incident, mécontentement, lors d’un match de football, un accident de la route ou l’annonce d’une décision de justice, peut donner lieu à des scènes de violences inouïes en guise de représailles. Depuis le début de l’année, au moins huit personnes ont perdu la vie dans ce qu’on appelle désormais « vindicte populaire » en Guinée. Une situation qui révolte les acteurs de la société civile.

Pour le président d’African crisis group, une organisation qui mène des réflexions sur les conflits en Afrique, les citoyens doivent avoir confiance en la justice. « Il est important que le gouvernement donne toute la valeur à la justice. Il est important que les citoyens, de leur côté, cessent de se faire justice. » Sékou Gouressy Condé demande au gouvernement de prendre à bras le corps le problème de violences populaires et d’inscrire cette question parmi ses priorités. « Il faut ramener la question de la non-violence parmi les priorités gouvernementales », a-t-il conseillé.

S’agissant des causes de ces pratiques barbares qui n’entrent pas dans la construction d’un État de droits, il a expliqué que c’est le fait que les gens ont l’impression qu’il n’y a pas de suite quand un crime est commis qui les poussent à vouloir se rendre justice. Sékou Gouressy Condé milite enfin pour une implication de tous afin d’inverser cette tendance. « Nous ne pouvons pas accepter la légitimation de la justice de rue », a-t-il ajouté.
Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.