Sheick Affan-Alpha Condé : les liaisons dangereuses du psychopathe et du despote

Le psychopathe et le despote ! Ce n’est pas un titre de conte de fées. Encore moins d’un film d’horreurs. Mais c’est bien plus. Il s’agit des liaisons dangereuses que tissent Alpha Condé et le Sheick Affan, le tristement célèbre malade mentale qui insulte d’honnêtes gens d’une même communauté. C’est lui aussi qui instigue des démolitions de maisons privées dans les périphéries de Conakry. C’est encore lui qui cible des citoyens de la même communauté pour les injurier ainsi qu’avec leurs parents.

C’est cet homme-là, cueilli récemment et jeté en prison que le président a fait libérer comme pour cautionner les agissements du valétudinaire. En effet, arrêté et incarcéré à la prison de Coyah le 8 juillet dernier, avant d’être transféré à la Maison centrale de Conakry quelques jours plus tard, Sheick Affan, le tristement célèbre apôtre du communautarisme et du régionalisme sur les réseaux sociaux en 2018, a été libéré le jeudi 18 juillet. Depuis cette libération de cet Imam dont le premier accusé reste Alpha Condé selon de nombreux avocats, des commentaires.

Il a été inculpé  pour  « menace de mort, injures publiques, incendie volontaire, destruction d’édifices privés et de diffusion d’écrits de nature raciste, régionaliste et xénophobes par le biais d’un système informatique ».

Sheick Affan, provoque l’ire de l’avocat Me Pépé Lama, sur Guinée news : « C’est une déception totale. Je crains pour la sécurité des citoyens guinéens. Dès lors que la justice s’est laissé dicter la volonté du Président de la République par rapport à un dossier judiciaire, il n’y a plus de raison d’espérer. Mes clients (au nombre de huit) ont le sentiment que la suite de la procédure sera également dictée de la même manière. Ils ont le sentiment qu’il y a des Guinéens qui sont supérieurs à d’autres et que tous les Guinéens ne méritent pas le même traitement. Ils ont le sentiment que la haine, l’ethnocentrisme et le régionalisme sont bénis par l’autorité centrale. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.