Signature de l’accord politique : «C’étaient des ruses de nature à nous induire davantage dans l’erreur», selon le PEDN

La signature de l’accord politique des douze jours de discussions entre la mouvance présidentielle et l’opposition est-elle une tentative d’exclusion de certaines formations par par les deux grands partis politiques, à savoir le RPG/Arc-en-ciel et l’UFDG ? La réponse est affirmative, à en croire leurs détracteurs. C’est en tout cas ce que laisse entendre Mohammed Cissé du Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN). «Il était question de partager le document à toutes les parties prenantes [afin que les gens donnent] leur avis avant la signature. Mais ils ne l’on pas fait. C’est à 7h du matin que j’ai été appelé pour me dire qu’il faut aller à la primature, j’ai répondu que ça ne se passe comme ça. C’étaient des ruses de nature à nous induire davantage dans l’erreur», a-t-il assuré.

Comme le PEDN, d’autres «petites formations» dénoncent les conclusions du dialogue et promettent d’empêcher «la confiscation du droit de vote des citoyens». Pour mener à bien cette volonté, ils ont décidé de créer une plateforme de contestation pour empêcher l’application de cet accord qui, selon eux, constitue une violation de la loi. Dans les jours à venir des concertations seront entamées pour aboutir à un plan d’action véritable, promet Lansana Kouyaté le leader du PEDN. «Il faut être respectueux de ce qu’on se dit ensemble, de ce qu’on fait ensemble, et il faut surtout être déterminé à être en adéquation avec ses convictions. Et nous, nous le sommes», a-t-il indiqué.

L’ancien Premier ministre exhorte les Guinéens à lutter pour sortir de la misère dans laquelle se trouve le pays, alertant que tous les efforts ont été enrayés. Le chargé des relations extérieures de son parti soutient pour sa part la classe politique a trahi «parce que vous ne pouvez pas amener les gens dans la rue, faire des marches, lors desquelles des dizaines de morts sont enregistrés et s’accorder sur des solutions aussi légères que celles que nous avons en main aujourd’hui».

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.