Le silence assourdissant du Kountigui (doyen) de la Basse-côte après les violences de Boké

Le doyen de la Basse-Côte avait récemment menacé de sévir contre toute manifestation dans sa juridiction (la Guinée maritime). El hadj Sékhouna SOUMAH (puisque c’est de lui il s’agit) a fait cette sortie au lendemain d’une déclaration de l’opposition qui annonce son intention de reprendre la rue dès après le mois saint de Ramadan pour exiger la mise en œuvre des accords politiques du 12 octobre 2016.

Comme Dieu sait faire les choses, après l’annonce du fameux Kountigui, une manifestation spontanée éclate à Boké (l’une des préfectures relevant de  sa juridiction). Les routes qui traversent le centre ville bloquées, des pneus brulés un peu partout, des groupes de jeunes (dirigés par personne) réclamant de l’électricité ont rendu le chef lieu de la Région de Boké invivable de longues heures durant. Toutes les tentatives de rétablir le calme se sont soldées par un échec.

Et dans tout ça, Elhadj Sékhouna a donné sa langue au chat; du moins pour l’instant. Ni lui, ni son entourage n’a pu lever le petit doigt pour appeler au calme à fortiori se rendre sur les lieux. Or, le même Saikhouna avait clairement dit il y a quelques jours que si quelqu‘un brûle un pneu sur les routes de la Basse-Côte, il allait mettre le même pneu sur le derrière de l’intéressé.

Oumar Rafiou DIALLO, Kabanews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.