Situation au Mali : Condé n’a fait que défendre ses intérêts

D’abord, il n’a fait que donner raison à ses pairs du Burkina, du Nigeria entre autres : « Il est évident que nous devons condamner de façon très ferme le coup d’Etat. Je suis d’accord avec le Président Roch Marc Christian Kaboré que l’action immédiate à mener est non seulement la libération du Président Ibrahima Boubacar Keita, mais aussi de tous les autres responsables et assurer leur sécurité. La deuxième action à mener comme l’a dit le Président Buhari, c’est le retour à l’ordre constitutionnel. »

Ensuite, Alpha Condé cherche à défendre ses intérêts, ceux liés à poursuite d’un mandat chancelant et agaçant : « Le Président Ibrahima Boubacar Keita a été élu pour 5 ans et on doit lui permettre de terminer son mandat. » Cette élection, comme celle de la Guinée est jonchée de dérives, de corruption, d’impunité, de népotisme, d’insécurité. Des cocktails explosifs qui empêchent le bon fonctionnement d’un Etat, encore plus si la politique de développement est centré sur l’amateurisme et les promesses farfelues.  

Enfin Alpha Condé se perd en conjectures. Sans aucune proposition concrète : « Il est extrêmement important qu’à chaque fois qu’on prenne des mesures d’insister sur la coopération. Mais il y a certaines mesures que nous devons prendre afin de contraindre les putschistes non seulement à retourner dans les casernes, mais aussi à respecter l’ordre constitutionnel. Il est extrêmement important que nous montrions notre solidarité à nos frères Maliens,… »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.