SLECG : le camp de Soumah réagit à la ‘’main tendue’’ de Kadiatou Bah

A peine élue Secrétaire générale du SLECG version Sy Savané, Kadiatou Bah tend la main à ses camarades syndicalistes du camp d’Aboubacar Soumah.

« Nous demandons ou nous lançons un appel à nos camarades qui sont allés de revenir dans le mouvement syndical. Ils n’ont qu’à revenir au SLECG. Nous avons commencé ensemble et nous allons continuer la lutte ensemble. Nul n’est indispensable. Mais, ensemble, la main dans la main, je pense que nous pourrons être au moins à la base de l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs du système éducatif », a-t-elle lancée.

Mais cette main tendue n’est pas tombée dans des bonnes oreilles. Aboubacar Soumah, Secrétaire général du SLECG, qui avait négocié avec le gouvernement, recadre Kadiatou Bah.

Pour le syndicaliste, c’est à eux (SLECG version Sy Savané) de venir rejoindre leur mouvement syndical : « Nous les avons tendu la main, ils n’ont qu’à nous rejoindre. Nous les avons dit de venir pour tenir le congrès. Ils ne sont pas venus et nous avons tenu notre congrès et les enseignants ont mis en place un bureau du SLECG », explique-t-il à visionguinee.com.

Poursuivant, Aboubacar Soumah ajoute : « Nous, nous ne sommes pas des marionnettes du gouvernement. Nous sommes les représentants des enseignants et nous les défendons. Nous ne défendons pas le pouvoir, contrairement à eux », rappelle le syndicaliste à l’origine de la grève des enseignants.

Et le syndicaliste de rappeler : « Quand nous avons appelé à la grève, ils ont dit aux enseignants de ne pas observer la grève, de rester avec le gouvernement. Donc, ils sont un syndicat du gouvernement et non des enseignants’’. C’est pourquoi, ajoute-t-il, « nous, nous sommes en train de négocier avec le gouvernement. Ce qui fait de nous les interlocuteurs crédibles des enseignants face au gouvernement », a-t-il coupé court.

Comme on le voit, ce  »bicéphalisme » créé et entretenu par le gouvernement, risque d’affecter sérieusement le système éducatif guinéen.

En attendant que le tribunal de travail ne tranche sur ce différend entre des membres de la même structure syndicale, le rapprochement entre les deux camps, reste une grande préoccupation.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.