La société civile tacle Fodé Oussou

« La société civile était dans un coma profond.  Dès qu’on a parlé de dialogue inter guinéen elle s’est réveillée en disant qu’on n’est pas d’accord, on défend les citoyens. Cette société civile était où lorsqu’on tuait les 77 Guinéens, on en emprisonnait d’autres. Elle me fait vomir. »

 

Cette diatribe est signé de Fodé Oussou Fofana. Il n’aurait pas suffi plus pour que les accusés sortent des bois, à travers le balai citoyen de Koundouno et crier à « l’amertume et à l’indignation », suite à cette sortie « irresponsable » de Fodé Oussou Fofana. Mais, note-t-on à la société civile, la réponse est déjà donnée au député de l’UFDG. La société civile rappelle qu’elle a joué un rôle dans le rapprochement entre Dalein Diallo et Alpha Condé.

 

En revanche, « Notre position est catégorique quant au mode d’élection du président des quartiers et des chefs de districts. On a écrit à la cour constitutionnelle. La signature des conclusions du dialogue inter guinéen est coup d’état constitutionnel.» Quoiqu’il en soit, pour Fodé Oussou Fofana, son objectif est atteint dès l’instant qu’il a permis à cette société civile de sortir et de se justifier. Avant de rappeler : « Cette société civile devrait se battre pour réconcilier les Guinéens et anticiper les crises. Malheureusement, elle se bat pour elle-même.»

Bah Oury a profité pour s’engouffrer et voler sous les plumes du député. Il dénonce ce qu’il appelle « Un spectacle désolant » de la classe politique guinéenne. Pour lui, il faut l’émergence d’un « Leadership positif. »

 

La classe politique, notamment l’UFDG saura apprécier.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.