Société: Raccommodage des voiries, une autre forme de mendicité pour des enfants

Pendant que des institutions et ONG nationales et internationales bataillent contre la traite des enfants, ils sont nombreux les jeunes garçons à se chercher dans la rue en se faisant passer pour des raccommodeurs des creux ou fissures le long des artères principales et secondaires de la Capitale Conakry.

Ainsi, chaque jour que Dieu fait, ces innocents, au vu et su de tout le monde, bravent le soleil, la pluie et les intempéries de nature (maladies hydriques). Ceci, dit-on, pour joindre les deux (02) bouts d’ici l’ouverture des classes le 15 septembre 2017, d’après le département en charge de l’Enseignement Pré Universitaire et de l’Alphabétisation (MEPU-A), Ibrahima Kalil Konaté.

Au Carrefour Concasseur par exemple, dès le lever du soleil, plusieurs enfants, ayant pour cibles, des trous béants, érigent des barrages et en pleine chaussée, pour rançonner des conducteurs de véhicules (public-privé).

Interrogé, un jeune garçon qui a préféré garder l’anonymat, s’est exprimé:

«Nous sommes issus des familles pauvres. C’est pourquoi, on se livre à de tels actes. Ici, si la chance nous sourit, chacun peut rentrer avec au moins, le prix de deux (02) ou trois (03) cahiers.  C’est indépendamment de notre volonté mais, nous n’avons pas le choix. On se bat pour ne pas être dépendants dans la vie. Et nous sommes tous conscients des risques que nous courons en étant ici. Mais Dieu est grand. Et ceux qui ne sont pas scolarisés, aident leurs mères dans l’entretien de leurs familles.

En tout cas, de passage, beaucoup de conducteurs nous témoignent leur bonne foi et leur solidarité à cause du travail minable que nous sommes en train d’accomplir…»

Mamadouba Camara, correspondant régional Kababachir.com à Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.